|


Paris, le 30 avril 2010

Monsieur François GUILBEAU
Directeur général de France 2
7 esplanade Henri de France
75907 PARIS Cedex

Monsieur le Directeur général,

Dimanche dernier, pendant l’émission « On n’est pas couché », où était invitée Mme Caroline Fourest, M. Zemmour a fait état d’une étude américaine qui mettrait en évidence qu’il y aurait plus d’affaires de pédophilie chez les professeurs d’EPS que chez les pasteurs.

Il faisait sans doute référence à un article paru dans le Figaro magazine des 10&11 avril, où il est question d'une "étude" couvrant la période comprise entre 1950 et 2002 et faisant état de nombreux procès intentés pour pédophilie, à "des profs de gym et entraîneurs".

Procès intentés ne signifient pas culpabilité avérée ! Nous avons connu dans notre profession un certain nombre d’exemples, notamment fin des années 90, avec une vague de plaintes qui se sont pour la plupart avérées sans fondements. Cette mise en cause a conduit à détruire l’équilibre psychologique de la plupart des « signalés à tort », qu’ils aient ou non été mis en examen pour bénéficier ensuite d’un « non lieu » ; l’un d’entre eux s’est suicidé.

Alors que cette étude ne concerne pas uniquement les professeurs d’EPS (mais également les entraîneurs de clubs) et qu’elle ne porte pas sur les enseignants français, la forme ramassée de l’intervention de M. Zemmour a été comprise par nombre de téléspectateurs comme stigmatisant l’action des enseignants d’EPS ! Certains s’en sont émus auprès du SNEP-FSU.

La multiplication de provocations de M. Zemmour dans cette émission, son utilisation régulière de la calomnie à base d’amalgames, de confusions, de propos fallacieux, servant souvent de fondements à des idéologies nauséabondes, nous amènent à considérer que la reprise approximative et sans précisions de cette étude est tout sauf innocente ! Ceci faisant, M. Zemmour porte atteinte à l’honneur et à la conscience professionnelle de l’ensemble d’une profession qui se sent insultée.

Sur ce sujet comme sur d’autres, les propos de M. Zemmour ne nous semblent pas des dérapages, mais bien une façon délibérée de faire de la télé. Est-ce que le souci de faire de l’audimat doit amener à tout tolérer, … en prenant prétexte de la liberté d’expression ? Certains médias se sont fait une spécialité de patauger dans le sordide, l’approximation, voire la contre vérité, … on pourrait attendre d’autres choix du service public auquel les fonctionnaires que nous sommes sont particulièrement attachés. Les enseignants s’obligent, comme éducateurs, à des comportements éthiques, ne serait-ce pas le cas pour les journalistes ? Ne sont-ils pas astreints à certains principes déontologiques ?

Nous comptons sur une réponse de votre part que nous transmettrons à notre profession comme nous l’informons de cette lettre.

Veuillez recevoir, Monsieur le Directeur général, nos salutations.

 

Serge CHABROL
Secrétaire Général

PS : Pour votre information, notre organisation syndicale a obtenu 81% des voix aux dernières élections professionnelles chez les enseignants d’EPS, avec un très fort taux de votants. Elle est donc totalement habilitée pour parler au nom des enseignants d’EPS et défendre les intérêts moraux et professionnels de ceux-ci.