30/5/18

Quelques nouvelles de la formation des enseignant-es

Depuis décembre, le ministère parlait d'une réforme de la formation. Lors d'une audience fin avril, le ministère a informé la FSU :

•  aucun changement n'est prévu pour la rentrée prochaine

•  une réflexion est en cours sur ce que le ministère appelle « prérecrutement» et qui se résume pour lui à un aménagement des assistants d'éducation, c'est-à-dire un salaire contre un travail ! ,    Pour le MEN, être rémunéré pour étudier dans de bonnes conditions est devenu inconcevable ! La FSU a rappelé que pour elle, un prérecrutement doit se faire sans contrepartie de service pendant les études, et que le temps de présence en établissement n'est pas en soi formateur s'il n'est pas encadré et mis à distance/analysé.

•  de même, une réflexion sur la position du concours et « l'amélioration-de-la-formation » est toujours en cours… mais à moyens constants, sans  remettre en cause le mi-temps des stagiaires considérés comme moyens d'enseignement (intégrés dans les plafonds d'emplois).

•  le concours comme mode de recrutement serait « préservé»… mais, le recrutement de  contractuels  augmenterait pour plus de « souplesse » (même argument pour l'ensemble des fonctionnaires, dont la diminution est un objectif prioritaire, avec la généralisation du statut de contractuel pour entrer dans le métier). Blanquer a par ailleurs annoncé qu'être reçu au concours ne donnerait plus obligatoirement accès direct à un emploi (ce qui en phase avec l'idée de recrutement par les chefs d'établissements).

L'ensemble est évidemment guidé par les «contraintes» budgétaires (dont on sait qu'elles sont sélectives). L'éducation est considérée comme un coût. Il n'y aucune ambition, ne serait-ce même qu'affichée, pour la formation.

Mais pourquoi le MEN aurait-il de l'ambition quand, dans le même temps, il publie des des « recommandations » et autres « guides » qu'il faudra appliquer à la lettre ! (voir la déclaration du SNES et SNuipp).

La FSU a développé ses arguments pour une formation ambitieuse (qui nécessite obligatoirement des moyens nouveaux et de la formation de formateurs) et réitéré sa demande d'une réelle concertation avec tous les acteurs.  

Autres nouvelles :

* Tenez vous au courant de la réforme du lycée qui ampute l'EPS de ses enseignements d'exploration et de complément (rubrique lycée -site du SNEP)

*Deux nouveautés du Centre EPS & Société

- Publication d'un livre "EPS et culturalisme" : à commander dès maintenant !

- Création d'un dossier "EPS à l'école primaire" : gratuit, accessible à tous et toutes !

Cordialement,

Claire Pontais

Pour se syndiquer au SNEP, il suffit d'un clic !