13/06/16

 
 

Rythmes scolaires : après plusieurs rapports sur le péri-scolaire (rapport de la sénatrice Carton, rapport de la CNAF), le rapport de l'Igen* sur "l'efficacité pédagogique de la réforme des rythmes scolaires"se faisait attendre depuis un an (juin 2015). Le SNUipp réclamait en mai qu'il sorte enfin des placards, c'est fait.

Rien de vraiment nouveau par rapport à ce que nous avions pu récupérer l'an dernier. La réforme des rythmes scolaires semble avoir surtout bénéficié au français et aux mathématiques alors que "les sciences, les arts et surtout l'EPS apparaissent en danger", estime l'Igen. Celle-ci se dit volontairement prudente, tant "les effets de la réforme sur les résultats des élèves sont encore impossibles à établir, par manque de recul et en raison de la difficulté de choisir les bons indicateurs".

Le rapport confirme certains chiffres et notamment le fait que 34% des activités péri-scolaires sont payantes. Le rapport pointe des  interrogations "sur l'alourdissement des semaines des enfants et parfois sur l'accroissement de la complexité de leur journée". L'Igen préconise d'aider les enseignants à construire les emplois du temps et de mettre en place des indicateurs, afin de faire des "évaluations rapides" de cette réforme.

  Quelques informations  ci-dessous, le rapport complet est sur : http://cache.media.education.gouv.fr/file/2015/41/0/2015-042_efficacite_pedagogique_de_la_reforme_des_rythmes_scolaires_494410.pdf

La réforme des rythmes en chiffres

93 % des communes ont un accueil périscolaire ; 70 % de fréquentation pour les TAP en élémentaire, 53 % en maternelle

34 % des activités périscolaires sont payantes ; 85 % des organisations relèvent du décret Peillon et 15 % du décret Hamon ; 92 % des communes sont couvertes par un PEDT.

L'IG constate que "les préoccupations organisationnelles ont été au centre de toutes les attentions, au détriment des questions pédagogiques". Elle pointe "une occasion manquée de repenser en profondeur les emplois du temps".

Les effets sur les résultats des élèves impossibles à établir

 À l'école élémentaire, l'IG observe que les heures consacrées au français et aux maths, placées le matin, ont augmenté avec la réforme. En revanche, les heures consacrées aux sciences, aux arts et à l'EPS ont diminué. L'IG estime que ces disciplines sont "en danger".

En maternelle, la réforme a raccourci les temps d'apprentissage l'après-midi, réduisant ainsi le bénéfice obtenu avec la demi-journée supplémentaire. Le bilan est "un peu plus positif" en revanche pour les petites sections. L'Igen s'inquiète des taux d'absence, surtout le samedi, et peut être, mais "cela doit être vérifié", en éducation prioritaire.

  Pour l'IG, il faut progresser dans le pilotage national et local, notamment dans la conception des emplois du temps. Elle pointe les "insuffisances du cadre réglementaire" et relève en particulier des pratiques très diverses concernant les APC, tant au niveau des organisations que des élèves ciblés.

L'IG formule plusieurs recommandations qui portent sur le pilotage pédagogique de la réforme et sur son suivi :

 Au niveau national :

•faciliter la construction des emplois du temps en donnant un cadre horaire clair pour chaque domaine, tenant compte des récréations 

• des recommandations sur la place du français et des mathématiques, respect des horaires d'éducation physique et sportive, positionnement et durée des récréations, prise en compte des rythmes des enfants, etc. ;

 •exercer un contrôle suffisant sur les emplois du temps hebdomadaires et annuels, avec une attention particulière à l'EPS.

•rendre aux activités pédagogiques complémentaires (APC) un statut prioritaire d'aide aux élèves rencontrant des difficultés

•assurer le suivi des résultats scolaires en se dotant d'indicateurs

 •prévoir des missions d'étude ciblées sur les APC et sur les activités périscolaires

•engager une réflexion sur les pratiques sportives des élèves dans le cadre scolaire, péri et extra-scolaire

 Au niveau académique :

•accompagner l'élaboration des emplois du temps

•évaluer les dispositifs expérimentaux

 •dans le cadre des PEDT, mener une réflexion sur le temps de l'enfant

 

 

Le 10 juin, à la suite de ce rapport , le ministère de l'Éducation nationale engage plusieurs actions : (source dépêche AEF)

 

 

- la production de ressources pour "accompagner" les enseignants dans la mise en place de la semaine scolaire.

 

- une rubrique regroupera l'ensemble des ressources d'accompagnement des programmes sur la page "rythmes" Eduscol (optimiser les apprentissages en maternelle et éviter la fatigue ;  améliorer la programmation des enseignements en élémentaire).

- une circulaire pour mobiliser les groupes d'appui départementaux (GAD) pour le suivi et l'évaluation des organisations, mais aussi sur la diversification des activités.

- formation des personnels : le sujet des rythmes sera intégré au prochain PNF et fera l'objet d'un séminaire des IEN en 2017.Une étude spécifique sur les après-midi en maternelle sera menée en 2016-2017 (pour mieux respecter les temps de sieste).

 - Pour éviter que les disciplines comme le français ou les mathématiques se repositionnent majoritairement sur les 5 matinées au détriment d'autres comme l'EPS en élémentaire, le ministère a lancé plusieurs groupes de travail pour "renforcer la complémentarité du sport dans le cadre scolaire et dans le cadre périscolaire". Des expérimentations seront lancées en académies à la rentrée 2016. Commentaire SNEP : notons le décalage avec ce que préconise le rapport (respect des horaires, aides, contrôle des inspecteurs, travail en équipe..) ...Tel que cela est formulé dans la dépêche, la confusion péri-scolaire/scolaire semble plutôt bien entretenue ! 

 Des résultats d'évaluation des nouveaux rythmes attendus en 2017 à partir d'études Depp et Dgesco :
 

•deux études pour mesurer l'impact sur les apprentissages (5 492 élèves de CP, issus de 8 départements, évalués en septembre 2015 et juin 2016 ; un panel de 15 000 élèves entrés en CP depuis 2011).
•une étude de chronobiologistes de l'université François Rabelais de Tours vont analyser les différentes organisations du temps éducatif sur les rythmes biologiques et psychologiques des enfants

•une enquête Dgesco sur l'absentéisme

 Par ailleurs, l'étude de chrono-psychologie menée par François Testu, qui porte sur des élèves de la ville d'Arras, conclut à une "meilleure adéquation entre les rythmes de vie des enfants et l'organisation du temps scolaire".

 

 

 

(*) Ce rapport a été réalisé par Marie Mégard, Vivianne Bouysse, Valérie Debuchy, Marie-Laure Lepetit, Christian Loarer et Juliana Rimane.

 

 



Cordialement
Claire Pontais