|

Actualités tuteurs - Année 2011-2012

Ce que demande le SNEP : Tuteurs , Professeurs Fonctionnaires Stagiaires,
Le 13/02/12

Pour le SNEP, les Conseillers pédagogiques (ou tuteurs) sont indispensables à la formation des futurs enseignants. Ils devraient être considérés comme des formateurs à part entière et leur spécificité reconnue dans le cadre d’équipes pluri catégorielles (enseignants chercheurs, PIUFM, tuteurs).
Les CP devraient bénéficier d’une décharge horaire d’au moins 2 heures. Les compétences d’un formateur sont différentes de celles d’un enseignant. Tout formateur devrait pouvoir bénéficier de formations spécifiques, en intégrant notamment des équipes de recherche, avec des possibilités de formation diplômante (master formateur de formateurs). Dans le cadre de la réforme de la « mastérisation », leur rôle est devenu déterminant mais totalement coupé de l’université et l’IUFM. Le dispositif est à revoir totalement.


Découvrez ce dossier spécial de 4 pages réalisé par le SNEP pour aider à repartir sur une toute autre base !
Télécharger (pdf, 2.05 Mo)

 

 


Les missions des tuteurs ou conseillers pédagogiques du second degré
Le 13/02/12

Les missions sont définies dans la C. 10-103 du 13/07/10.
Le tuteur contribue à la formation initiale des professeurs, qu’il s’agisse des étudiants préparant le concours de recrutement ou des professeurs stagiaires.
Il est à la fois expert de la pratique de la classe et garant d’une articulation efficace et éprouvée entre les savoirs théoriques et la pratique professionnelle, capable d’analyser avec suffisamment de recul la diversité des situations et des démarches
d’enseignement pour en percevoir les effets.
Sa contribution peut revêtir trois formes :
– l’accueil dans les classes d’étudiants lors des stages d’observation et de pratique accompagnée, ou, le cas échéant, de professeurs stagiaires ;
– l’accompagnement et le suivi des étudiants effectuant un stage en responsabilité ;
– le tutorat d’un ou plusieurs professeurs stagiaires :
accueil avant la rentrée scolaire, suivi régulier pendant toute la durée du stage, participation au processus d’évaluation
Il conseille le professeur stagiaire dans sa conduite de la classe, l’aide à préparer son enseignement et à mener une analyse critique de sa pratique. Il accueille le stagiaire dans sa classe autant que de besoin.
Il rend compte, notamment par des rapports de visite, du parcours du stagiaire. Il participe à son évaluation dans les conditions définies par l’arrêté du 12 mai 2010 fixant les modalités d’évaluation et de titularisation de certains personnels stagiaires de l’enseignement du second degré relevant du ministre chargé de l’Éducation.

Désignation :
les CP sont désignés par le recteur, sur proposition des corps d’inspection et des chefs d’établissement concernés, parmi les enseignants en activité dans les établissements.
Des réunions d’information et des actions de formation pour préparer les CP à leur fonction d’accueil, d’accompagnement, et les sensibiliser aux enjeux de la formation initiale sont organisées à leur intention, en liaison avec les IPR, chefs établissement et universités.

Rémunération :
le D. 10-951 du 24/08/10 (pdf 17.1 ko) institue une indemnité allouée aux CP chargés du tutorat.
Le recteur en fixe le montant attribué individuellement aux enseignants concernés, dans la limite d’un taux plafond (2 000 € en août 2010), en fonction de l’importance des actions de suivi et d’accompagnement mises en place dans le cadre du tutorat.
Lorsque le tutorat d’un même stagiaire est partagé entre plusieurs enseignants ou personnels d’éducation, le montant de l’indemnité prévue à l’article 1er ci-dessus est réparti entre les intéressés, en fonction de leur participation effective aux actions de tutorat.
Les tuteurs d’étudiants de master touchent environ 200 € (D. 10-952 du 24/08/10 (pdf 17.2 ko)) ce qui est bien trop peu pour la responsabilité qui leur incombe.
Les tuteurs d’étudiants de Licence accueillent des étudiants sur la base d’accords locaux avec les UFR STAPS. Ils ne sont, la plupart du temps, pas rémunérés, ce qui est totalement anormal.

Tuteur : être ou ne pas être
Le 22/12/11
Le SNEP continue d’appeler et de militer pour refuser d’être tuteur des jeunes collègues. Dans ce refus se joue aussi l’exigence d’une réforme sur l’entrée dans le métier pour placer les collègues dans les meilleures conditions possibles. A l’inverse d’autres collègues, militants syndicaux, ont choisi quant à eux d’accepter d’être tuteur avec le souci que de jeunes collègues rencontrent des profs d’EPS engagés dans leur métier. Une fois encore, les réformes en cours jouent sur les tensions des enseignants d’EPS.
Télécharger (pdf, 2.05 Mo)