|

Inégalité scolaire au cœur de la classe


Jean-Yves Rochex vient de publier, avec l’équipe Escol (Paris VIII),  un ouvrage sur la construction des inégalités scolaires au cœur de la classe. Nous vous recommandons sa lecture. Il nous livre ici leurs principaux constats.

Bruno Cremonesi : Votre ouvrage porte sur la construction des inégalités scolaires au cœur des pratiques de classe. Quels sont vos principaux constats

Jean-yves Rochex : Nous tentons de rendre raison de processus de production d’inégalités qui se jouent dans les classes, au cœur des pratiques et des dispositifs d’enseignement. Cela ne signifie pas que les enseignants et leurs modes de faire soient seuls en cause, mais que leurs modes de faire avec les contenus d’enseignement et les élèves, ou plutôt avec les différents types d’élèves, sont à mettre en relation avec les contraintes, réelles ou perçues, propre aux contextes dans lesquels ils exercent, mais aussi avec les instruments et les conceptions dont on les a et dont ils se sont dotés pour y travailler.
Cela étant, nos observations, effectuées durant toute une année dans des classes de l’enseignement primaire, nous ont permis de mettre au jour deux grandes logiques de « différenciation », qui nous paraissent productrices d’inégalités, et dont nous donnons de nombreux exemples dans l’ouvrage.

L’abstention pédagogique

La première relève d’une différenciation que l’on peut qualifier de « passive », qui rejoint ce que Bourdieu et Passeron appellaient « la pédagogie de l’abstention pédagogique ». On l’observe quand les situations et les pratiques mises en œuvre par les enseignants présupposent des élèves qu’ils puissent tous effectuer un certain nombre d’activités sans que celles-ci leur aient été enseignées, ou sans que l’on ait attiré explicitement leur attention sur la nécessité de les mettre en œuvre : mettre en relation différentes situations ou informations, tirer des enseignements à partir des tâches que l’on vient d’effectuer, se situer dans un registre de langage et de vocabulaire ou d’action spécifique... Or, tous les élèves ne sont pas à même de décrypter ces exigences implicites. Ceux qui y sont familiarisés en dehors de la classe parviennent, par exemple, à percevoir les enjeux de savoirs qu’il peut y avoir au-delà de la succession des tâches demandées par l’enseignant, ou encore à reconnaître qu’il y a, entre différentes tâches, des traits ou des principes communs qui relèvent de la spécificité des discipline et des contenus d’apprentissage. D’autres élèves, au contraire, de part leur environnement ou leur scolarisation antérieure, ne sont pas familiarisés à ce type de mises en relation et ne peuvent décrypter ce qui est attendu d’eux et demeure dans l’implicite. On se retrouve donc avec, d’un côté, certains enfants dont on attend des choses qui ne leur sont finalement guère enseignées et, de l’autre, des enseignants qui ne sont pas forcément conscients qu’il soit nécessaire de le faire...

Une différenciation active

La seconde peut être caractérisée comme processus de différenciation « active », même s’il se produit, évidemment, à l’insu de l’enseignant. Il relève du souci de prendre en considération les différences et les difficultés que l’on perçoit chez les élèves et d’« adapter » les tâches, les exigences, les supports de travail ou les modalités d’aide qu’on leur propose. Intention louable évidemment mais qui, quand elle ne se fonde pas sur une analyse et une prise en charge de ce qui fait difficulté d’apprentissage pour les élèves en difficulté, conduit fréquemment à leur proposer des tâches restreintes, de plus en plus morcelées, qu’ils peuvent effectuer et réussir les unes après les autres sans trop d’effort, mais au terme desquelles il n’y a pas de réel apprentissage et de réelle construction de savoir. La récurrence de tels phénomènes sur l’année nous permet de dire que les « bons » élèves et les élèves « en difficulté » – qui appartiennent souvent à des milieux sociaux différents – se voient proposer et fréquentent des univers de travail et de savoir très différents, et inégalement producteurs d’apprentissage, qui ne peuvent que conduire à des trajectoires scolaires profondément inégalitaires, et que ces processus de différenciation et d’adaptation « par le bas » se produisent le plus souvent à l’insu des élèves, et même des enseignants.

Phrase sortie : le souci de réussite dans l’effectuation des tâches peut s’exercer au détriment de l’apprentissage

 Nous observons que les enseignants ont le souci que leurs élèves, y compris ceux qui sont le plus en difficulté, puissent réussir un certain nombre de tâches et ne pas se décourager ou se démotiver. Mais ce souci de réussite dans l’effectuation des tâches peut s’exercer au détriment de l’apprentissage des plus démunis et leurrer les uns et les autres sur ce qui se passe dans et au-delà de la classe. Par ailleurs, dans leurs représentations des élèves et de leurs conditions de vie et d’apprentissage, comme dans leur choix des modes de faire la classe, les enseignants s’inscrivent, comme n’importe quel acteur social, dans des rapports sociaux et des évolutions idéologiques qui ne relèvent pas seulement d’eux.

 Il en est d’ailleurs de même quant au choix des manuels, fichiers et autres outils qu’ils utilisent, dont la conception prend bien souvent comme modèle l’enfant de classe moyenne, c'est-à-dire celui qui, avant même d’entrer à l’école, en possède déjà pour partie les codes, codes que sa famille peut continuer à construire et à expliciter tout au long de sa scolarité. Mais tel n’est pas le cas dans la majorité des familles populaires. D’où la nécessité que l’école et ses professionnels travaillent à débusquer le caractère socialement opaque ou implicite de son fonctionnement et de ses exigences ; s’ils ne le font pas, on ne voit pas qui le ferait à leur place. Et on ne peut pas compter sur le seul accompagnement hors temps scolaire pour le faire.

N’aboutissez-vous pas à un constat un peu fataliste  si ni les politiques mises en œuvre ces dernières années ni les pratiques de classe inspirées des « pédagogies nouvelles », n’ont réussi à transformer l’accès aux savoirs des classes populaires. Et ne risquez-vous pas de « casser le moral » des collègues ?

Notre travail ne porte pas sur ce que l’on appelle parfois « pédagogies nouvelles », mais sur des pratiques de classe « ordinaires », bien que diverses, voire contrastées, certains enseignants se pensant plutôt comme innovateurs, là où d’autres se présentent comme traditionnels. Les processus de différenciation que je viens d’évoquer peuvent toutefois s’observer, dans notre étude, chez les uns et chez les autres. Ce qui me conduit à penser qu’il est plus que jamais nécessaire de travailler à caractériser les pratiques et les dispositifs d’enseignement autrement qu’en mobilisant ce que j’appelle les figures imposées du débat pédagogique, caractérisant et opposant les pratiques pédagogiques de manière dichotomique et peu intéressante (nouvelles vs traditionnelles, centrées sur l’enfant vs sur les savoirs, actives ou constructivistes vs transmissives ou frontales…), pour mettre au cœur de la réflexion le traitement, par les enseignants et les élèves, des contenus de savoir, des techniques intellectuelles (au sens large) et de leur progression. Or, cette préoccupation est très insuffisamment présente, selon moi, dans la plupart des travaux sur « l’efficacité » des pratiques ou « l’effet enseignant », et encore moins dans les figures imposées du débat sur les méthodes.
En revanche, on peut constater et déplorer que la conception, le pilotage et la mise en œuvre de nombre de mesures, telles que par exemple la politique ZEP ou la formation des maîtres, ont pu contribuer à l’évitement ou au contournement de la question et des exigences de travail intellectuel (au sens large) requis des élèves, et à penser que la visée de démocratisation de l’accès au savoir pouvait se dissoudre dans celle de l’innovation, au risque de promouvoir des modes d’ « innovation » pensés sur le modèle du rapport à l’école et au(x) savoir(s) des enfants de classes moyennes, et dès lors aussi indifférentes aux difficultés et inégalités dont sont victimes les enfants d’origine populaire que les pratiques dites traditionnelles dont elles visent à se démarquer. Nos travaux, comme d’autres, montrent que tout ne se vaut pas dans les manières d’enseigner et de faire apprendre les élèves et qu’il y a là une marge d’action – individuelle et collective – pour les enseignants. Nulle raison donc de se démoraliser, mais encore faut-il, pour agir dans le sens de la démocratisation, que le débat, politique, professionnel ou pédagogique, porte sur les bonnes questions et qu’il permette de dépasser les oppositions, les pseudo-concepts ou les idéologies du prêt-à-penser contemporain en matière d’éducation et de politiques scolaires.

J’ai été très intéressé par ta référence forte à Bernstein, dont le travail reste très méconnu dans le débat français. Peux-tu nous en dire quelques mots ?

Basil Bernstein est un sociologue de l’éducation anglais qui est mort dans les années 1980, et qui a plaidé et lui-même œuvré pour que la sociologie de l’éducation prenne mieux en compte la spécificité de l’institution scolaire ou du champ pédagogique, c’est-à-dire la fonction et les activités de transmission et d’appropriation d’objets et pratiques de savoir qui requièrent l’étude, spécificité que ne prennent guère en considération ni les théories de la Reproduction ni non nombre des théories qui leur sont opposées. Les publications de Bernstein – pas toujours très faciles à lire – reprennent les critiques du caractère élitiste et dogmatique de l’institution scolaire, de ses structures et modes de fonctionnement mais ils nous alarment dans le même temps sur les risques que les évolutions de l’institution et des idéologies pédagogiques accroissent les phénomènes de différenciation inégalitaire que je viens d’évoquer et/ou l’abaissement des exigences et des possibilités d’apprentissage et d’élaboration auxquelles sont confrontés les élèves de milieux populaires, sur les risques de balancement donc entre ces figures inverses que sont le légitimisme et le populisme institutionnels et pédagogiques.