Jeudi 13 décembre 18 | 07:51:14 

 
           
  Secteur éducatif > Les secteurs particuliers > DNB / Bac (maj le 25/01/18)

 

Diplôme national du brevet

LSU, l'outil qui nous veut du bien ?

La mise en place du LSU nie les savoirs disciplinaires. Les éléments de réponse issus du « questionnaire
LSU » que nous avons envoyé aux collègues de collège donnent des résultats très parlants...

Lire

 


Livret Scolaire Numérique - Le SNEP consulte

Suite à la mise en place du Livret Scolaire Unique (LSU), il apparait que des procédés variés ont été utilisés selon les établissements. Nous t'invitons à répondre à ce questionnaire afin de nous permettre d'avoir une vision de l'ensemble.

Répondre à l'enquête

 


Reprendre symboliquement la main sur le DNB avec la délivrance d'un Brevet d'EPS pour les 3èmes

Il est difficile de défendre l'idée que l'EPS a gardé toute sa place dans le nouveau DNB à travers l'évaluation des domaines du socle. Cette année, les équipes EPS vivent un grand écart entre les pratiques construites depuis des années pour évaluer les épreuves EPS de l'ancien DNB et celles qui consistent à positionner la contribution de l'EPS dans l'acquisition des domaines du socle.

Cet émiettement de la discipline et la dilution de ses contenus et de ses savoirs spécifiques contribuent à une perte de sens pour les élèves et les enseignants d'EPS. Le SNEP-FSU avait appelé les collègues à conserver les épreuves qu’ils proposaient en les adaptant si nécessaire en fonction de la réalité de leur établissement.

Sur la base de la réussite des élèves à ces épreuves, le SNEP-FSU propose aux équipes qui le souhaitent de mettre en place la délivrance d'un document attestant l’obtention d’un brevet d’EPS pour les 3èmes. La délivrance de ce diplôme s’inscrit dans la revendication du SNEP d’une épreuve validant les acquisitions de savoirs de l’EPS afin de rétablir la place de l'EPS dans le cursus des élèves au collège.

Le mode d’évaluation proposé par l’inspection s’inscrit dans une logique du socle descendante qui est celle du socle de 2008. La validation du nouveau socle passe par la validation des savoirs. Les disciplines sont constitutives des domaines du socle. Il est important que les équipes se saisissent de tous les outils permettant de rétablir la place de l'EPS au collège. A force de dire que l'EPS est dans tous les domaines du socle, on finit par ne la voir réellement nulle part...

Alors usez du « Brevet EPS » sans modération pour tous vos élèves !

Télécharger le Brevet d'EPS


Le Livret Scolaire Numérique

Le conseil national du SNEP - FSU appelle les collègues à renseigner le LSU en faisant valoir la place et le rôle spécifique de l’EPS, c’est-à- dire en valorisant les apprentissages des élèves dans les cycles d’APSA. Il appelle également à informer les parents d’élèves et à intervenir en CA pour dénoncer et condamner un dispositif incohérent et incompréhensible, qui, de plus, accroit inutilement la charge de travail sans rien apporter aux élèves...

Lire

 


80 ans du Brevet sportif populaire, Léo Lagrange écrit au Président

M. Hollande, le brevet est plus que jamais d'actualité !

Lire


DNB : on ne se résigne pas, on propose !

A travers les 2 pétitions que nous avons lancées l'an dernier, en répondant à l'enquête sur le Brevet, ce sont environ 20 000 enseignants d'EPS qui se sont exprimés pour dénoncer les nouveaux programmes et demander la réintégration de l'EPS en tant qu'épreuve au DNB. Un appel de 100 personnalités du monde sportif, éducatif, médiatique, politique a dit la même chose. Tout cela a été donné au ministère qui ne bouge pas d'un iota, empêtré qu'il est dans son obsession de la « communication » pour faire croire que cette rentrée se passe bien.

Le nouveau DNB est une usine à gaz incompréhensible pour les élèves et les parents. Rappelons que le nouveau décret (n°2015-1929 du 31 décembre 2015) supprime le contrôle continu, qui se trouve remplacé par une évaluation du socle à géométrie variable puisque les textes précisent seulement que, sous responsabilité du professeur principal, « les équipes pédagogiques évaluent de façon globale le niveau de maîtrise » des domaines du socle. Il modifie également l'examen proprement dit dans lequel l'EPS n'est pas.

Nous demandons évidemment de revoir entièrement ce brevet ridicule à bien des égards.

Mais à titre transitoire, nous demandons qu'une épreuve d'EPS soit rajoutée à l'examen pour prendre en compte sérieusement le travail des élèves en EPS, notée sur 100 points et qui s'appuierait sur le contrôle en cours de formation dans 3 APSA.

Lire

Au 09/03/2017, 30106 signatures.

 


 

Le bulletin officiel

Arrêté du 31/12/2015

Note de service du 06/04/2016


DNB : prestidigitation ou tranquille démolition ?

Le ministère a fait le choix politique, coup sur coup, de vider l’EPS de ses contenus disciplinaires avec des programmes asséchés de tout repère pour les enseignants et les élèves, et de supprimer l’EPS en tant qu’épreuve du DNB (contrôle en cours de formation). Aucun gouvernement n’avait en si peu de temps organisé une attaque aussi marquée et remarquée sur notre discipline...

Lire


Déclaration CSE du 15 octobre – évaluation des élèves

Fillon l’a rêvé, Najat Valaud Belkacem veut le faire. DNB : incroyable, mais vrai
Lire

Les projets du ministère : les textes proposés pour le conseil supérieur de l’éducation

Projet Décret Evaluation

Projet Arrêté DNB

Projet Arrêté Modèle de livret scolaire

Bilan périodique Cycle 4

Bilan fin de cycle - Cycle4


Le Bac EPS

Flash Info Spécial Bac

Rapport Mathiot : l'impossible « lycée des possibles »

« Complexe, lourd, peu lisible », c'est dans ces termes que le rapport Mathiot qualifie les fragilités du Bac actuel. Mais cela caractérise aussi très précisément les propositions qu'il fait. Visiblement, ses 3 déplacements dans des établissements n'ont pas suffi à donner ne serait-ce qu'une vague idée du fonctionnement réel et concret d'un lycée.

Le rapport propose une déstructuration quasi totale de l'existant : des emplois du temps aux groupes classe en passant par une multiplication des moments de choix de parcours en cours d'année. C'est en fait une gigantesque usine à gaz qui se profile. La question du Bac devient même anecdotique au regard de la déstructuration envisagée dans tout le lycée. Bref, « le lycée des possibles » voulu par la mission est concrètement impossible à mettre en œuvre sérieusement.

De plus contrairement à l'objectif avancé de réduire les inégalités, les propositions faites vont renforcer celles déjà existantes. En effet, seuls certains élèves issus des familles des catégories socio culturelles favorisées seront à même de naviguer dans ce tourbillon. Conscient de cet écueil, le rapport prévoit un nouveau dispositif « d'accompagnement » de 2 à 3h, mais cette nouvelle organisation, l'équivalent d'une AP revisitée, ne suffira pas à répondre à la diversité des situations. Le risque d'un lycée très discriminant est prégnant.

Notons que ce rapport arrive alors que les DHG des établissements sont annoncées en baisse un peu partout.

Pour l'EPS, nous avions, lors de notre rencontre avec la mission, défendu l'idée que tout recul pour l'EPS (horaire, coef, ccf en terminale, options), déjà insuffisant à nos yeux, serait inacceptable. Nous avions alors plaidé pour renforcer l'EPS pour tous et toutes et créer une voie de réussite et d'approfondissement dans le champ des APSA dont un des objectifs peut éventuellement être tourné vers l'orientation en STAPS pour un certains nombres d'élèves. Il nous semblait avoir été entendu !

Bien que le rapport soit rédigé au conditionnel, nous appelons la profession à s'en emparer et à participer aux actions qui commencent à se développer dans le second degré et à l'université. Nous mettrons en ligne régulièrement des éléments d'analyse et nous vous tiendrons informés des travaux qui vont avoir lieu….

Pendant deux jours, l'ensemble des secrétaires départementaux sont réunis pour un séminaire national. Lors de ce séminaire, le SNEP-FSU va s'organiser et se préparer pour défendre la place et le rôle de l'EPS.

Le SNEP-FSU sera reçu par le ministre le 29 janvier avec la FSU et il met déjà en perspective une soirée spéciale « quel bac en EPS ? » le mercredi 7 février.


Le bac a un sens ! - Signez la pétition en ligne

Le gouvernement veut réformer le baccalauréat dans l'urgence, sans prendre le temps d'un bilan sérieux ni de discussions approfondies. Le projet est verrouillé par son objectif : 4 épreuves et du contrôle continu. Nous voulons une réforme du baccalauréat et du lycée, mais non un diplôme maison qui renforce les inégalités entre les lycées et les élèves.

Le contrôle continu au bac ? C'est non !
Le contrôle continu construit un baccalauréat local, dont la valeur dépend de la réputation du lycée !

Réduire à 4 les épreuves du bac ? C'est non !
Le baccalauréat évalue les élèves dans plusieurs champs de connaissances, dans un nombre important de disciplines – qui n'ont pas le même poids ni le même contenu dans chaque série. Ceci permet au système français d'être exigeant avec les élèves, en les amenant à suivre des formations riches et ambitieuses. Réduire à 4 les épreuves du baccalauréat, c'est réduire l'ambition de formation pour les élèves.

Reconstruire le baccalauréat et le lycée, pour la réussite des élèves et l'amélioration des conditions de travail des personnels, c'est oui !

  • le bac doit rester le 1er grade universitaire, fondé d'abord sur des épreuves finales, terminales, nationales et anonymes mais il faut revoir la nature des épreuves, leur durée, les coefficients dans chaque série pour renforcer la valeur de l'examen ;
  • le lycée doit rester en séries, car elles permettent les synergies entre le « commun », le « spécialisé », et « l'optionnel ». Les horaires disciplinaires doivent être maintenus car pour apprendre, les élèves ont besoin d'heures de cours. L'architecture de chaque série doit être repensée, pour permettre une spécialisation progressive de la formation, sans appauvrir les parcours ni enfermer les élèves.

Je signe

Archives

 

 

 

Copyright © 2018 SNEP. Version 5 publiée le 8 mars 2018 - Mentions légales & Pub