|

Paris, le 23 mai 2003

Monsieur Jean Paul DE GAUDEMAR
Directeur de la DESCO
Ministère de l'Education nationale

Objet : Suivi Bac EPS

Monsieur le Directeur,

Nous tenons à vous faire part de notre inquiétude concernant le suivi de la réforme du Bac EPS. Nous avions déjà critiqué la note de votre service qui devait préciser la mise en œuvre pour cette année scolaire. En première analyse elle nous semblait poser plus de problèmes qu'elle n'en réglait. Nous en avons eu la confirmation dès la rentrée 2002. Nous avons produit deux documents, dont vos services ainsi que l'IG ont été destinataires. A ce jour, aucune réponse n'a été apportée aux questions légitimes dont sommes porteurs, après une large consultation de la profession.

Les enseignants d'EPS attendent qu'une réponse claire soit enfin apportée, sur le court et moyen terme, aux demandes d'évolution de la note de service qui paraissent aujourd'hui nécessaires . Nous souhaiterions vous rencontrer dans les plus brefs délais pour vous faire part de la situation, relativement tendue dans certains établissements, que nous sommes en train de vivre.

Plus particulièrement, et ceci a valeur d'exemple, la note de service précise, concernant les épreuves ponctuelles de l'option facultative, qu'elles se combinent de façon surprenante avec celles de l'enseignement commun pour " impérativement permettre d'évaluer les compétences attendues, dont au moins trois des compétences de la dimension culturelle des programmes. En termes concrets, cela signifie qu'un élève qui aurait le menu de 3 épreuves " athlétisme, hand-ball, tennis de table " ne peut prétendre choisir " judo " en épreuve d'option. Cela a déjà conduit à refuser à nombre d'élèves l'inscription à l'épreuve d'option facultative EPS. Nous avons dénoncé cette mesure qui prive beaucoup de candidats d'un pôle de réussite important pour cet examen. Mais nous avons appris de face à cette chute des inscriptions, certains rectorats avaient permis une inscription des élèves sans tenir compte de cette mesure. Cela provoque évidemment une iniquité à l'échelon national. Nous souhaitons connaître votre position sur le sujet pour faire face aux éventuelles réclamations qui ne manqueront pas de nous parvenir.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Directeur, à l'expression de nos sentiments les meilleurs.

Alain BECKER
Secrétaire National
Christian COUTURIER
Responsable lycées