|

Le 26 mars 2003

Lettre aux Collègues syndiqués du secteur sport

Grève du 03 avril pour nos retraites et nos revendications au ministère des sports

Chère,
Cher collègue,

La politique gouvernementale visant à réduire le nombre de fonctionnaires et à privatiser des services publics se met en place au ministère des Sports. Concrètement cela se traduit par :

1. La privatisation des services de restauration et d'entretien dans les établissements :
25 postes TOS (Techniciens et Ouvriers de Service) ont été supprimés au budget 2003.
Tout le service de restauration est privatisé au CREPS de Poitiers avec la suppression de 9 postes TOS, dans d'autres établissements c'est l'entretien des bâtiments, des espaces verts qui sont touchés (à Voiron, Strasbourg, Vichy, Toulouse). Les autres établissements sont informés que les TOS partant en retraite ne seront pas remplacés.
Notre ministre qui ne manque pas d'humour appelle cela : " modernisation des établissements ". Cette politique de privatisation sera poursuivie sur 5 ans.

2. Suppression de postes dans les services en 2003 et redéploiement
18 postes de professeurs de sport, 7 postes de CEPJ, 6 postes d'ATOSS sont susceptibles d'être supprimés en 2003 dans certains services, pour être réimplantés dans d'autres services soit disant encore " plus déficitaires ".

A terme c'est au total 220 postes qui seront ainsi redéployés (120 postes de profs de sport, 55 de CEPJ, 45 d'ATOSS).
Ce ministère a perdu depuis 20 ans, près de 1000 emplois, auxquels se sont ajoutés environ 700 emplois de CEPJ et ATOSS transférés au MEN.

Tous les services sont au bord de l'asphyxie et abandonnent certaines de leurs missions (en particulier la formation).
CE SONT DES CREATIONS D'EMPLOIS QUI SONT NECESSAIRES ET NON DES PRIVATISATIONS ET DES SUPPRESSIONS.

3. Décentralisation des postes TOS du MJENR
Cette mesure annoncée par le Premier ministre et le ministre de la Jeunesse, de l'Education Nationale et de la Recherche peut aboutir à la suppression totale des postes TOS au ministère des Sports. Ces personnels étant tous des personnels du MJENR.
Or, les collectivités territoriales n'ont pas compétence sur les établissements et les services du ministère. Pourquoi cèderaient-elles des emplois (déjà en nombre insuffisant dans les établissements scolaires) au ministère des Sports ?

Cela ne peut que favoriser la volonté du ministre des Sports de privatiser les services logistiques dans les établissements.

4. Action
Toutes les organisations syndicales représentatives des TOS, avaient décidé d'organiser une journée de grève et de manifestations le jeudi 3 avril, pour s'opposer à la décentralisation.

Face aux conséquences qui peuvent en résulter au ministère des Sports, le SNEP avait pris l'initiative de proposer à toutes les organisations syndicales du ministère de s'associer à cette journée.
Nous apprenons ensuite que le 3 avril sera une journée de grève pour la défense des retraites dans le privé et dans le secteur public.

  • Dans le privé à l'appel de la CGT, de FO, de la FSU et de l'UNSA.
  • Dans la fonction publique à l'appel de toutes les fédérations de fonctionnaires (à l'exception à ce jour de la CFDT).

5. Maintien d'un appel spécifique le 3 avril au ministère des Sports
Après divers contacts intersyndicaux, nous avons décidé de maintenir un appel spécifique pour l'ensemble des personnels du ministère des Sports. Cet appel (que tu trouveras ci-joint) a été approuvé par tous les syndicats de la FSU (SNASUB, UNATOS, EPA et SNEP), le SGPEN-CGT, par 2 syndicats de l'UNSA-EDUCATION (A&I, SNAEN), par le SGEN-CFDT, par le SPASEEN et le SPMEN pour FO.

6. Consignes à tous les syndiqués
Nous vous demandons :
- de diffuser dans votre service (et si possible au delà) à tous les personnels l'appel intersyndical,
- de provoquer des réunions afin de décider :
· d'actions en direction des élus et autorités locales le 3 avril : DD, DR, préfets, parlementaires.
· d'une participation collective des personnels des services et des établissements à la grève et aux manifestations.

Bien cordialement.

Jean LAFONTAN
Secrétaire Général

Pierre DELACROIX
Secrétaire National Sports