|

Mercredi 13 avril 2012


Monsieur David DOUILLET
Ministre des Sports
Ministère des Sports
95 avenue de France
75650 PARIS Cedex 13

Objet : Nouveau concours de professeur de sport et demande d’audience

Monsieur le Ministre,

Lors de l’audience que votre cabinet a accordée au SNEP le 11.01.12, Monsieur DELAMARE et Richard MONNEREAU avaient précisé que « le recrutement par concours devait permettre des rééquilibrages en affectant les lauréats dans les services déficitaires ».

Par ailleurs lors de la commission administrative paritaire du 7 mars où les représentants du personnel ont interrogé l’administration sur l’ouverture ou non du concours (en externe, interne, 3ème voie) de professeur de sport, il leur a été répondu que l’administration n’avait communiqué aucun échéancier et qu’il n’y avait aucune garantie quant à l’ouverture de ces concours.

Or, une semaine après, sortait l’arrêté du 14 mars 2012 autorisant au titre de l'année 2012 l'ouverture de concours pour le recrutement de professeurs de sport.

Par ailleurs, certaines fédérations ont commencé à la fois à communiquer sur l’ouverture de postes en leur sein et également à organiser une préparation au concours avant la sortie de l’arrêté. Que penser de ces faits ?

Cet arrêté qui n’ouvre le concours que dans quelques disciplines laisse supposer une affectation uniquement dans les fédérations. N’y a-t-il plus d’affectation dans les CAS ?

Nous contestons cette approche.

Nous nous posons donc quelques questions de validité réglementaire sur ce type de concours de catégorie A de la fonction publique d’Etat.

En effet ce concours « nouvelle formule » et sa mise en oeuvre sont entachés par des omissions volontaires, des non-dits. Le dialogue social a été bafoué. L’opacité sur le calendrier du concours et les modalités d’inscription n’ont pas permis à l’ensemble des candidats potentiels de se préparer. Ce concours sert une minorité au détriment de l’intérêt général. Les conditions de correction et le non appel à candidature national des membres de jury, laisse craindre sur le non respect de la neutralité des jurys et le non respect de l’anonymat des candidats.

Nous considérons que la mise en place en catimini de ce concours est inacceptable et bafoue, tout au moins dans l’esprit, les règles de la fonction publique.

Nous demandons à minima et en urgence :

  • à connaitre le nombre de postes ouverts et les affectations prévues pour les lauréats (services et fédérations),
  • l’ouverture du concours dans toutes les disciplines pour recruter des profs de sport exerçant dans les services,
  • à connaitre les dispositions prises pour assurer le respect de l’anonymat, l’équité (composition du jury, modalités de correction,…).

Nous sollicitons donc une audience sur ce concours qui nous permettrait peut -être d’avoir des explications et un minimum de transparence. Nous vous proposons de prendre contact avec notre secrétariat pour des propositions de dates : mjs@snepfsu.net

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de notre considération distinguée.

 

Serge Chabrol,
Secrétaire Général

Pascal Anger,
Serétaire National
Michel Rotenberg,
Responsable National