|

Mercredi 15 décembre 2011


Lettre ouverte à Monsieur David Douillet, ministre des sports

Au CREPS Sud-Est, de nombreux contrats d’agents non titulaires voient leurs contrats se terminer au 31/12/2011.
Ces agents , compétents, étant sur des missions permanentes ils se voient proposer de nouveaux contrats : Hélas ! Ce sont des contrats à 70% de quotité de travail, donc à 70% de salaires…pour des services à 100% !

Les personnels mobilisés depuis le 24 novembre ont amené notre directeur à demander au contrôleur financier régional une solution globale pour 9 agents sur la base de contrats à 100% (article 4.1)
Refus absolu et rédhibitoire de la Directrice des finances publiques en PACA !
Cet épisode a mis en évidence les limites d’intervention de notre directeur.

« Je mettrai toute mon énergie et toute ma détermination à être à la hauteur du sport français et de ses enjeux. »

Qu’allez-vous faire pour faire valoir le droit du CREPS Sud-Est à fonctionner ?
Qu’aller vous dire à madame Reisman, directrice des finances publiques de PACA qui n’a entendu ni le directeur du CREPS sud-Est, ni votre directeur de cabinet ?
Aller vous accepter qu’une application dogmatique de la loi de 1984, mette en danger un établissement majeur du ministère des sports tant sur le plan fonctionnel que sur le plan budgétaire ?
Aller vous admettre alors qu’aucun centime d’euro n’est en jeu, qu’une décision illogique, profondément irrationnelle désorganise un établissement national ?

« Je crois très fortement à la maxime exprimant le fait qu’il n’est de richesse que d’hommes »
Pensez-vous qu’on puisse gérer un CREPS avec de nombreux agents qui se situent sous le seuil de pauvreté? Dont les effectifs sont nécessairement voués à se renouveler régulièrement ?

On est dans la situation ou on risque de perdre des agents de grande qualité, formés spécifiquement sur des missions bien plus complexes qu’il n’y parait et de les voir remplacer  par des personnels à 70% de temps de travail et de salaire non formés aux missions.
« La force du Ministère des Sports, c’est vous »
Si vous n’intervenez pas  pour défendre les CREPS et notamment le CREPS Sud-Est, plus grand établissement de formation du ministère des sports, cela aura  pour effet de rendre progressivement impossible l’accueil des jeunes, la formation professionnelles des sportifs, le maintien d’un encadrement sécurisé, et l’accueil du haut niveau en vue des jeux de Londres.
Votre inaction pourrait condamner immédiatement et concrètement plusieurs services qui sont à la source des recettes propres des établissements.
Nous vous demandons de démontrer votre attachement aux établissements nationaux, et l’intérêt que vous portez à leurs agents qu’ils soient contractuels menacés de précarisation absolue ou qu’ils soient titulaires et solidaires.
Nous serons ce jeudi 15 décembre à la DRFIP de Marseille pour demander une entrevue à la directrice : nous vous demandons d’appuyer notre demande et notre démarche.
Monsieur notre ministre joignez les actes aux fortes paroles que vous avez exprimées le 6 octobre 2011 peu après votre prise de fonction.

A notre tour nous proposons des maximes  :
« la force d’un ministre de plein exercice, s’exprime dans sa capacité d’intervention au service du plus grand nombre »
« les convictions d’un ministre des sports se démontre en actes ».