|

Les Lilas, le 10 juillet 2012

 

Palais de l’Elysée
Monsieur François Hollande
Président de la République
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 PARIS

Monsieur Jean-Marc Ayrault
Premier Ministre
Hôtel Matignon
57, rue de Varenne
75700 PARIS



Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre,

Lors de la dernière campagne électorale vous avez porté plusieurs engagements pour le sport, les politiques en direction des jeunes, la reconnaissance de l’éducation populaire. La reconstruction d’un ministère de plein exercice, confié à Valérie FOURNEYRON, a été saluée par notre Fédération. Cela nous semble correspondre à ce pôle éducatif, un moment annoncé, et aussi bien défendu par l’actuel ministre de l’Education Nationale, que par l’actuelle ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education Populaire et de la Vie Associative, ces derniers mois, ainsi que par d’autres conseillers, pointant à plusieurs reprises la nécessité de revenir sur les conséquences de la révision générale des politiques publiques et certains aspects de la RéATE qui lui a été associée.

Ont ainsi été évoqués des « services territoriaux « dédiés », ce qui suppose de sortir les ex services de la jeunesse et des sports des ministères sociaux où ils ont été placés par la RGPP et la RéATE, donc des Directions Départementales Interministérielles ainsi que des Directions Régionales actuelles où les problématiques d’éducation tout au long de la vie et politiques sportives sont mises à mal par des logiques essentiellement centrées sur la réparation sociale.

Les décrets d’attribution du 25 mai du MSJEPVA reconduisent cette structuration et ses principes de gestion, issus de la RGPP. Nos rencontres avec les ministres des ministères sociaux ainsi qu’avec Madame La ministre des SJEPVA nous donnent à penser que cette organisation pourrait se maintenir dans une phase indéterminée, voire que des arbitrages pourraient la laisser perdurer. Avec d’autres fédérations syndicales représentant la quasi-totalité des personnels du réseau « jeunesse et sports », la FSU vous a déjà saisi de la souffrance - vérifiée par une enquête indépendante – de ses agents.

La FSU est porteuse d’un mandat de rupture avec le secrétariat général des ministères sociaux, la DRH commune, le CTM commun (victime d’un scrutin faussé) qui dilue le dialogue social. Nos collègues du versant de la santé font les mêmes constats. La FSU est persuadée qu’il faut renouer avec un ministère réellement de plein exercice pour le MSJEPVA, inscrit dans un pôle éducatif, avec un CTM spécifique, retrouvant une DRH - elle aussi de plein exercice - construite avec les personnels administratifs de l’Education Nationale aujourd’hui maltraités et démantelés par assimilation dans les ministères sociaux.

Le sentiment qui domine aujourd’hui, qui nourrit un fort sentiment négatif chez les agents, consiste à penser qu’une technostructure interagit sur ce qui devrait relever d’une ambition politique. La FSU partage la nécessité d’une refondation globale du réseau ministériel jeunesse et sports et de ses établissements. Pour devenir effective, cette refondation, requiert une administration de plein exercice, identifiable et autonome.

Nous vous demandons de donner un signal fort répondant aux attentes massives des personnels, de l’immense majorité de leurs représentants syndicaux. Le défi est bien d’être dans une ambition nouvelle pour faire vivre un service public du sport et de l’éducation populaire, original et propreà notre pays, partagé en toute clarté avec les mouvements associatifs et les collectivités, chacun étant porteur de prérogatives éducatives qui doivent être reconnues.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de nos meilleures considérations.

 

 

Bernadette GROISON,
Secrétaire Générale de la FSU