|

COMMUNIQUE DE PRESSE
Paris, le 14 mars 2002

Début de liquidation du service public de formation
au Ministère de la Jeunesse et des Sports


La FSU a refusé de siéger au Comité Technique Paritaire Ministériel (CTPM) du Ministère de la Jeunesse et des Sports réuni le 13 mars 2002, au matin.
A l'ordre du jour figurait l'arrêté portant organisation des formations pour le brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport.
Ce texte, déjà retiré de l'ordre du jour du CTPM du MJS du 12/02/2002 à la demande de l'ensemble des représentants des organisations syndicales organise la mise en concurrence entre le service public de formation du MJS et le secteur privé.
Cette orientation aggrave l'abandon des professions réglementées dans les métiers du sport déjà programmé dans la loi sur le sport de juillet 2000.
L'arrêté a été adopté grâce au vote favorable de la parité administrative ainsi que de la CFDT, et à l'abstention de l'UNSA Education dont le syndicat majoritaire (le SNAPS) avait refusé de siéger. FO a voté contre.
C'est donc contre l'avis de la grande majorité des personnels du MJS que ce texte a été imposé.
La FSU dénonce une telle orientation qui rappelle les propositions d'un certain nombre de candidats à l'élection présidentielle prônant le moins d'Etat, et moins de services publics avec réduction des dépenses publiques et du nombre de fonctionnaires.
L'après-midi, le Directeur du Personnel et de l'administration avait convié toutes les organisations syndicales à une concertation sur le " Plan de Gestion Prévisionnelle des Effectifs, des Emplois et des Compétences " au ministère de la Jeunesse et des Sports.
Aucun syndicat des Personnels Techniques et Pédagogiques (SNAPS/UNSA, SEP/UNSA, SNEP/FSU, EPA/FSU, SGEN/CFDT) n'y a participé.