|

COMMUNIQUE DE PRESSE
Paris, le 13 septembre 2001

COMMUNIQUÉ FSU
(SNEP, SNASUB, EPA)

RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL
AU MINISTERE DE LA JEUNESSE ET SPORTS
RUPTURE DES NÉGOCIATIONS
LA FSU APPELLE LES PERSONNELS À L'ACTION
LA RÉGRESSION SOCIALE NE SE NÉGOCIE PAS : ELLE SE COMBAT

La réduction du temps de travail au ministère de la Jeunesse et des Sports s'effectue sans créations d'emplois. Corsetées par cette décision gouvernementale et des arbitrages de Matignon drastiques, les discussions se bornent à " aménager " des régressions sociales ou une absence de réduction du temps de travail pour les personnels.
Les 3 000 personnels administratifs et ouvriers (pour l'essentiel des catégories C et B ou non titulaires) vont voir leurs horaires hebdomadaires de travail augmenter en moyenne d'une heure par semaine avec maintien de leur régime de congés antérieur. Ils vont connaître pour la plupart des horaires flexibilisés alors qu'ils n'y étaient pas soumis. Pour eux la dégradation des conditions de travail et d'emploi est manifeste.
Pour les 3 500 personnels techniques et pédagogiques (cadres A et non titulaires) la réduction du temps de travail n'existe pas. Les propositions ministérielles se restreignent à un habillage en jours " ARTT " des acquis réglementaires antérieurs. Ceux d'entre eux qui bénéficiaient dans les établissements de bonifications de congés en raison de rythmes saisonniers d'activités se les verraient supprimés.
Pour les quelques 500 inspecteurs et personnels d'encadrement, le compte n'y est pas non plus. La réflexion plus globale et nécessaire pour travailler autrement est évacuée. Cela rend inopérant l'ARTT pour une large proportion des personnels concernés.
Face à cette situation, qui va engendrer une dégradation qui ne sera pas sans conséquences dans les services et les établissements, la FSU propose aux autres organisations syndicales du Ministère de la Jeunesse et des Sports (UNSA-Education, SGEN-CFDT, CGT, FO) une rencontre pour envisager des modalités d'actions intéressant l'ensemble des personnels afin d'obtenir une véritable négociation sans remise en cause des acquis sociaux et avec les créations d'emplois nécessaires.