|

APRES LE 16, PENSER LA SUITE

TOUS LES CREPS EN SURSIS !

  • Grande réussite de la journée du 16… mais la tempête est devant !

500 manifestants  devant le ministère et de nombreuses actions locales de grève  dont les medias locaux se sont largement emparés. Historique ! La participation d’élus locaux, d’usagers, du monde associatif, montre que le CREPS sont réellement implantés et qu’ils jouent un rôle reconnu dans les dynamiques locales sportives. Ils révèlent leur fonction de service public, à améliorer certainement, mais pas à supprimer. L’offensive contre les CREPS est une offensive contre le service public du sport, la démonstration est de nouveau faite.
L’occupation du hall du ministère, mettant le CTPM sous pression, a révélé un cabinet du ministre refusant tout contact et ancré sur ses décisions sans autre ambition que d’apparaître le bon élève de la RGPP ; Ayant déjà écopé d’un blâme de la part du ministre de la fonction publique dans le premier rapport d’étape, celui-ci cherche à regagner  l’estime… à coups de destructions demandées par la RGPP.
Les premières listes fournies sur les CREPS ne sont qu’une attente. Après la journée du 17 rassemblant « tout ce qui compte de hiérarchie dans le SEJSVA » AU CREPS d’Ile de France et les dispositions prises sur le haut niveau et la formation, nous pouvons affirmer maintenant qu’à terme tous les CREPS sont appelés à disparaître.
C’est bien la politique conduite depuis 1960 qui est ici jetée à bas ; son réexamen s’impose, en aucun cas on ne doit penser sa reconduite sans appréhension de la nouvelle donne politique, sociale et administrative ; l’axe majeur structurant cette politique sportive, associant une responsabilité étatique lourde et le mouvement sportif, une vision du sport de masse structurant et s’associant au sport de haut niveau est l’objet de l’attaque sarkozi-laportienne : c’est son cœur de cible et tout le nouveau plan mis en place vise à le faire éclater. Ce qui pose en cascade toutes les questions liées aux DDJS et leurs missions, aux CREPS dont le cœur « formation », objet de l’attaque de la direction des sports est condamné à brève échéance et expose les CREPS « survivants » à des déboires rapides. Pour le SNEP, nous avons toujours défendu l’idée que la formation, dans sa définition et mise en œuvre, devait être publique. Nous avons reculé sur cette perspective, avec l’habilitation, un peu mal compris des collègues. La revendication du SNAPS de donner le niveau IV aux fédérations (revendications que le CNOSF porte avec force, depuis sa dernière AG), niveau qui représente 90% de nos formations, n’aura pas de mal à être entendue par le ministère ! Cette revendication enterre tous les CREPS (et tous les collègues participant aux formations !) si elle est satisfaite. On voit bien que le rapport BERTSCH n’aura été qu’une parure pour faire passer cette amère réalité.

  • Penser la suite

L’intersyndicale FSU, UNSA, FO, CGT se réunit le 5 janvier ; elle aura la tâche de mettre dans le paysage une coordination des luttes mais aussi, certainement d’autres temps nationaux de mobilisation avec le souci de garder l’unité dans l’action de tous les CREPS, quelle que soit leur situation  d’avenir.
D’ici là, faites-nous parvenir toutes vos actions et installez-les sur notre forum.

  • Forum SNEP

A la demande de militants, nous avons ouvert un forum SNEP à l’adresse suivante : http://www.snepfsu.net/forum_snep/viewforum.php?f=46

Pour poster sur le forum, il faut s’enregistrer (se créer un compte). Tout est là :
http://www.snepfsu.net/forum_snep/profile.php?mode=register&sid=bc632ca57fcbd55a7b2433d4fda24474

Faites-en le meilleur usage

  • Réunion nationale le 14 janvier

Le SNEP a décidé de réunir 1 délégué par CREPS LE MERCREDI 14 janvier 2009 à partir de 9 h 30 (au siège du SNEP, 76, rue des Rondeaux 75020 PARIS).

IMPORTANT : Nous invitons chacune et chacun à faire un effort particulier afin que chaque CREPS soit représenté ce jour-là

Nous demandons aux délégués de nous faire parvenir l’état de leurs actions afin que cette réunion débatte rapidement des initiatives.