|

 

Lettre du SNEP Poitiers à Mme le préfet de Région

Objet : Compte rendu Conseil d’Administration du CREPS du 25 mars 2013 : stratégie immobilière de vente de la forêt au CG 86

 

Madame le Préfet de Région,

Lors de l’audience FSU que vous nous aviez accordé le 5 juin dernier, j’avais évoqué en tant que responsable régional du SNEP-FSU, syndicat représentatif des professeurs d’EPS et des professeurs de Sport qui exercent au sein du Ministère des Sports, notre vigilance quant à l’avenir du CREPS.

Je vous avais alors alerté sur une potentielle opération immobilière en gestation entre la directrice du CREPS et le Conseil Général de la Vienne. Cette démarche  nous inquiète au plus haut point, car elle remettrait en cause la pérennité de l’établissement dans son intégralité.  A priori, au jour de notre entrevue ces informations ne vous étaient pas remontées, et la surprise vous avait amené à vous interroger sur ce qui pourrait être une sorte « d’auto allumage ». Vous nous aviez alors rassurés sur votre vigilance à ne pas vendre les forêts domaniales pour faire du bois de chauffage, malgré la rigueur du climat actuel.

J’ai aujourd’hui la preuve des affirmations dont je vous faisais part le 5 juin, puisque les propos tenus par Madame la Directrice du CREPS sur ce projet sont retranscrits dans le Compte rendu du Conseil d’Administration du CREPS du 25 mars dernier, à la page 31 : « Madame SCHIRRER a indiqué également le souhait d’achat, par le Conseil général de la Vienne, de la forêt du CREPS afin de la protéger dans le cadre de la ZNIEF. La contenance de la forêt est évaluée à environ 19 hectares qu’il convient de finaliser sur le découpage des parcelles cadastrales. »

En complément de ces informations, je vous avais fait part de l’intervention, durant ce Conseil d’Administration, de votre interlocuteur direct au titre de France Domaine, M. COLANTONI, chargé de vous informer sur les stratégies  immobilières des biens de l’État. Cette intervention visait à limiter la portée des affirmations de Madame la Directrice en émettant plusieurs réserves sur la validité d’un tel projet. Or, je ne trouve pas trace de ce positionnement dans le Compte rendu ci-joint, ce qui m’amène à vous alerter de nouveau.

Au nom des personnels du CREPS, je réaffirme donc notre plus vive inquiétude quant à ce projet rampant de vente à la découpe du CREPS.  Je vous demande donc, en urgence, une audience sur ce projet, qui, s’il devait être confirmé serait un très mauvais signal politique, tant il mettrait à mal tout le travail effectué pour « sauver » cet établissement alors qu’il était voué à la fermeture après avoir été condamné par le Ministre LAPORTE, sous la précédente majorité en 2009.

Veuillez agréer, Madame le Préfet de Région, l’expression de mes salutations respectueuses.