|

Mission Bertsch Bricolage ou réelle réorganisation de l’offre ?

Répondant à nos craintes sur le fait que sa mission de « rationalisation des offres de formation » percute, temporellement, la RGPP, Bertsch a cru nous rassurer en disant qu’il travaille « sur le fond » et n’avait aucune proposition à faire dans ce cadre.
Néanmoins, il nous annonce, tout bonnement la fermeture probable de « 11 ou 12 CREPS » sur l’ensemble du territoire ainsi que la remise en cause de plusieurs antennes et délocalisations STAPS qui ont vu le jour pour « éponger » les flux après la suspension du concours d’entrée en 95.
Il « a fait le tour de la France » pour justifier que certains CREPS ne développent pas une activité suffisante, que certaines antennes STAPS ne se sont pas assez diversifiées par rapport à leurs homologues de 50 kms de distance.

Notre positionnement de lier, sur le fond, sa mission avec un développement ambitieux d’une politique sportive en France a fait « pschitt ». Il n’intègre, semble t il pas, son travail dans une perspective d’élévation, de démocratisation des pratiques sportives. Il se cantonne à un positionnement « technique » (que nous savons, par contre, porteur d’enjeux politiques) pour tenter de faire « cohabiter », des systèmes rendus moins concurrentiels.

Son « annonce » la plus marquante et contradictoire fut de promouvoir l’idée de BTS (2 ans) pour remplacer les DEUST (2 ans) qui ne répondent plus au cadre européen… La seule lecture politique de cette mesure est de considérer que les BTS peuvent être délivrés par beaucoup d’opérateurs (Instituts privés, Lycées, GRETA…)

Il a dans sa ligne de mire la licence STAPS « entraînement sportif ». Pour lui elle ne répond pas à ce type d’emploi, mais, correspondrait plus à une appellation « ergonomie et optimisation de la performance ». De plus elle rentre en concurrence directe avec les nouveaux Diplôme d'Etat supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité performance sportive, qu’il chercherait à intégrer au niveau licence.

Il a soutenu l’existence et le maintien du niveau IV comme niveau structurant pour les emplois J&S.

Le rapport devrait être rendu aux ministres le 18 avril.