Paris, le 3/10/19

3 Octobre : Hommage à Christine Renon.
Faire cesser la souffrance au travail !

Toute la communauté éducative est sous le choc suite au suicide de notre collègue Christine Renon, directrice d'école à Pantin.

 Le courrier que Christine Renon a rédigé avant sa mort dénonce les conditions de travail quotidiennes des directeurs d'écoles, la pression à laquelle ils  sont soumis et la difficulté d'exercer leur métier. Christine est bien une victime de la souffrance au travail. Cette souffrance est due à un type de management qui a tendance à se développer dans les établissements.

Avec 39 cas sur 100 000, le taux de suicide chez les enseignants est 2,4 fois plus élevé que pour la moyenne des salariés. Aujourd'hui le management en arrive à tuer à l'Education Nationale comme il l'a fait à France Telecom ou ailleurs. Et tous les jours il dégrade les conditions de travail, la santé des personnels, la coopération dans les équipes et se répercute donc sur la qualité du service public.

Quels sont donc ces « modes » managériaux mis en cause :

  • Le « Faire plus avec moins » : on demande toujours de faire plus avec moins de personnels et les mises en œuvre reposent sur l'engagement des personnels sur le terrain qui se débrouilleront bien avec les consignes du ministère et des hiérarchies….
  • Déposséder les personnels de l'expertise de leur métier. Les réformes, organisations et contenus sont pensés sans eux (quand ce n'est pas CONTRE leur avis), cela contribue à faire perdre le sens du métier, ce qui est inefficace et dangereux pour leur santé.
  • Prendre du temps « libre » aux personnels. La prise de temps par l'institution pour des tâches inutiles : logiciels changeant sans arrêt, données à remplir dans un calendrier contraint, réunions qui n'ont pas de sens ni d'utilité ont un objectif pour le management : « prendre du temps » aux personnels, pour qu'ils soient « sous pression » et aient moins de temps pour réfléchir collectivement à leur métier. Ce n'est pas acceptable.

C'est en ce sens qu'il faut mettre en place toutes les conditions pour un « travail bien fait » et rompre avec les logiques managériales en cours dans notre ministère.

Le SNEP-FSU appelle toute la profession à participer aux hommages et rassemblements qui seraient organisés le Jeudi 3 octobre et de faire de chaque établissement un lieu d'expression collective, avec tous les autres personnels, dans l'unité la plus large pour dénoncer les pratiques managériales dans tous les Conseils d'Administration.

Nous invitons aussi à signer massivement la pétition : « Plus jamais ça ».

Nous vous invitions également à intervenir lors des conseils d'administration pour dire stop ! Nous vous proposons à cet effet une trame sur notre site, rubrique Agir dans l'établissement - Le CA.

Le secrétariat national du SNEP-FSU