|

Actualités Rémunérations - Année 2009-2010

Deuxième rendez-vous salarial, les organisations syndicales quittent la séance

Déclaration commune FO, CFDT, CGT, CFTC, FSU, UNSA, Solidaires, CGC
Le 30 juin 2010

Lors du deuxième rendez-vous salarial dont les conditions ne correspondent pas à celles d’une réelle négociation ni sur le fond ni sur la forme, les organisations ont exprimé leur colère et celle des agents publics dans un contexte : de perte de pouvoir d’achat, d’aggravation des conditions de travail, de suppressions massives d’emplois et de « réforme » des retraites. Elles ont refusé que les salariés du public comme du privé paient le prix fort d’une crise dont ils ne sont pas responsables.
Lire...


Négociations salariales du 25 juin 2010 : FO, CFDT, CGT, CFTC, FSU, UNSA, Solidaires, CGC quittent la séance

Déclaration commune FO, CFDT, CGT, CFTC, FSU, UNSA, Solidaires, CGC
Le 25 juin 2010

Les organisations FO, CFDT, CGT, CFTC, FSU, UNSA, SOLIDAIRES, CGC ont exprimé ensemble, et sans attendre, des préoccupations majeures à l’ouverture de ces négociations salariales triennales.

En annonçant un plan de 100 milliards d’euros d’économies d’ici 2013 dont 45 milliards de réduction des dépenses publiques, le gouvernement affiche son intention de poursuivre et amplifier ses mesures d’austérité dans la Fonction publique.

Depuis plusieurs jours, des informations filtrent d’un peu partout sur le fait qu’aucune augmentation ne soit à l’ordre du jour pour les années 2011, 2012 et 2013, voire que la très insuffisante revalorisation de 0,5 % prévue pour 2010 pourrait être supprimée !
Lire...


Réforme de l’indemnité de résidence et du supplément familial de traitement

Communiqué de presse FSU
Le 03 juin 2010

Le ministre de la fonction publique a convié les organisations syndicales à une réunion sur l’indemnité de résidence et du supplément familial de traitement qu’il envisage de réformer d’ici la fin de l’année.

Il n’a apporté aucune réponse aux inquiétudes des personnels sur leur pouvoir d’achat suite aux annonces récentes sur la réduction des dépenses publiques. Esquivant le questionnement de la FSU, il n’a pas confirmé l’augmentation de 0,5 % du point d’indice programmée a minima en 2008.
Lire...


La revalorisation des enseignants reste à faire !

Communiqué de presse FSU
Le 30 mars 2010

La FSU juge inacceptable la méthode employée par le Ministre de l’Education nationale pour annoncer ses décisions en matière de revalorisation des enseignants. La communication par voie de presse ne peut pas tenir lieu de dialogue social !

Les organisations syndicales ont en plus découvert à la réunion de ce jour un « relevé de décisions » qui par conséquent ne peut plus faire l’objet de discussions ! Ces décisions sont prises unilatéralement dans un cadre budgétaire contraint par les choix régressifs du gouvernement et reposent notamment sur la suppression d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

La FSU conteste ces choix qui n’assurent pas l’avenir du système éducatif. Au moment de l’agenda social de la Fonction publique, les questions de pouvoir d’achat et de salaires restent prégnantes pour l’ensemble des personnels qui continueront à faire pression pour obtenir une vraie revalorisation.

Les propositions faites par le Ministre sont limitées aux débuts de carrière. Elles laissent à l’écart la grande majorité des personnels et pour les jeunes concernés représenteront une augmentation moyenne de 25 euros par mois sur l’ensemble d’une carrière !

La FSU rappelle son exigence d’un plan pluriannuel de revalorisation concernant tous les enseignants et des discussions sur l’ensemble des autres dossiers (formation, condition de travail....). Elle demande solennellement au Ministre d’ouvrir des négociations avec les représentants des personnels.

La FSU considère que ce dossier n’est pas clos !


Revalorisation salariale : Un manque d’ambition provocateur !

Communiqué de presse FSU
Le 01 octobre 2009

Le Ministre de l’Education nationale vient de proposer aux organisations syndicales d’engager un dialogue sur la gestion des ressources humaines et les rémunérations des enseignants et des personnels de l’éducation. Les propositions avancées pour servir de base à cette discussion - et qui s’inscrivent dans une inacceptable politique de suppressions d’emploi - sont particulièrement limitées au regard des besoins et des attentes, voire contradictoires avec ces attentes et les réalités des besoins liés à l’exercice des métiers.

Ainsi l’augmentation proposée de 100 euros au moins pour les débuts de carrière ne compense même pas l’allongement de la durée de la formation et le retard d’un an du recrutement ; rien n’est prévu pour la masse des enseignants en exercice si ce n’est des mesures relevant du « travailler plus pour gagner plus » et un débouché en fin de carrière dont ni le contour ni les critères ne sont définis.. Quant aux mesures concernant la formation continue, la mobilité ou l’accompagnement personnalisé, elles risquent d’autant plus de se révéler des leurres que la politique de suppression d’emplois est contradictoire avec une vraie réponse aux besoins en ce domaine.

Les autres personnels ne font l’objet d’aucune mesure nouvelle. Rien notamment sur les infirmier-e-s et les assistant-e-s sociaux. Rien sur la précarité !

Si le ministre reconnaît bien la dévalorisation des personnels de l’Education, ses propositions ne sont pas à la mesure du problème.

En réalité elles sont marquées par une politique générale de la Fonction publique qui à la fois réduit l’emploi public, tire vers le vas l’ensemble des rémunérations et promeut l’individualisation fondée sur un pseudo mérite.

La FSU participera aux discussions mais entend bien agir pour repousser les limites et obtenir un ensemble de mesures qui répondent enfin aux attentes et aux besoins de tous.