Vendredi 26 mai 17 | 17:02:51 

 
         
 
 
 

 

NOUS CONTACTER

retraite@snepfsu.net
01.44.62.82.32

 
 

EDITO
Septembre 2016

Les retraites en ligne de mire pour 2017 !

Ne pas laisser faire !
Le Conseil d’Orientation des Retraites vient de livrer son rapport en juin qui tire un bilan sur les retraites et indique que la situation financière est en amélioration.
Le système par répartition serait donc viable en l’état à court, moyen et long termes. On peut donc légitimement s’interroger sur la nécessité des diverses réformes imposées car l’équilibre ne devait être atteint qu’en 2025, or nous en sommes proche dans un contexte où le chômage a fortement augmenté.
On peut donc être rassuré-es, l’avenir de nos retraites ne serait pas remis en cause et nous ne devrions pas subir de nouvelles dégradations au travers de nouvelles réformes à l’image de celles de 1995, 2003 et 2010.
Le gouvernement, en la personne du premier ministre, nous annonce qu’il n’est donc pas question d’augmenter l’âge de départ à la retraite contrairement à ce que font nos voisins européens. Cependant, nous pouvons quand même nourrir des inquiétudes puisque certains politiques, sur les rangs pour la candidature aux présidentielles,
déclarent, pour leur part, qu’au contraire il convient d’augmenter les annuités, l’âge de départ et de baisser les pensions au nom de la sauvegarde du système et de l’évolution de l’espérance de vie.
C’est bien évidemment une recette éculée qui sera à nouveau portée par nombre de candidat-es qui défendent un projet de régression social, niant la pénibilité du travail et la réalité de la situation « sanitaire » des travailleuses et travailleurs selon les métiers exercés. Toutes les études montrent que l’espérance de vie en bonne santé à la retraite est largement défavorable aux ouvrières et ouvriers par rapport aux cadres.
Au-delà, cette logique impacte d’autant plus l’épineux problème du chômage.
Les solutions doivent d’ailleurs non seulement garantir l’existant mais reconquérir de nouveaux droits au service du progrès social.
En premier lieu, il conviendrait de développer l’emploi car c’est la meilleure garantie d’un financement à la hauteur des besoins par le biais des cotisations prélevées. Ensuite, il suffirait que l’ensemble des cotisations soient effectivement versées car trop d’entreprises et de revenus de la finance se dispensent de le faire, engendrant un sérieux manque à gagner pour la solidarité collective.
La France a les moyens de mener une toute autre politique en faveur des retraites et des retraité-es. Il convient donc de porter haut et fort cette exigence dans le cadre de la campagne électorale qui s’ouvre pour repartir sur la voie du progrès social et sortir des logiques actuelles qui favorisent la finance au détriment du monde du travail.
Le SNEP, avec la FSU, portera ses propositions alternatives dans le cadre des présidentielles et législatives.

Christine CHAFIOL

 

C'est dans l'actu

 
 
 

Rapport annuel du COR - Juin 2016 : Evolutions et perspectives des retraites en France

Treizième rapport du COR : Les retraités : un état des lieux de leur situation en France

 
 

Communiqué FSU - Futur-es retraité-es : leur situation va se dégrader

 
  Communiqué FSU - Evolutions et perspectives des retraites : toutes les richesses doivent y contribuer
 
  Retraite additionnelle de la Fonction Publique : L'unité syndicale face au silence des ministres de tutelle
 

Réforme des retraites 2014

 

Comprendre les règles / loi du 20 janvier 2014

La loi concernant la réforme des retraites a été publiée au Journal officiel du mardi 21 janvier 2014

 


 

Pétitions

 
 

Communiqués

 
 

Outils d'analyse

 


 

Contributions

 
 

 

 

 
 

Archives

 
Copyright © 2015 SNEP. Version 4 publiée le 18 septembre 2015 - Mentions légales & Pub