|

Actualités Personnels non titulaires - Année 2012-2013

Concours réservés : six organisations syndicalent demandent l'ouverture de listes complémentaires
Le 14 juin 2013

La mise en oeuvre des concours réservés et examens professionnels, dans le cadre de la loi du 12 mars, s'est faite de façon chaotique.
Nos organisations demandent un bilan précis sur le recrutement des personnels non titulaires dans le cadre du plan « Sauvadet ».
Les problèmes de vérification d'éligibilité, l'absence de concours ou d'examen dans des disciplines où il y a pourtant un nombre conséquent de collègues éligibles, la non-prise en compte des situations de multi-lauréats sont autant de problèmes qui demandent une réponse urgente.
Dans l'intérêt du service public d'éducation et des personnels, des mesures immédiates doivent être prises, comme l'ouverture de listes complémentaires dans l’ensemble des disciplines et concours.
Lettre à Vincent PEILLON (pdf 58.8 ko)


Concours réservés : le gâchis !
Le 15 mai 2013
Communiqué du SNES-FSU, SNEP-FSU et SNUEP-FSU

Les concours et examens professionnels réservés devant permettre la titularisation d’une partie des enseignants, conseillers d’éducation et d’orientation non titulaires dont la première session s’achève, sont marqués par des dysfonctionnements graves.

Ignorant les interventions de la FSU et de ses syndicats (SNES, SNEP et SNUEP), le ministère a laissé les personnels s’inscrire sans vérification des conditions d’éligibilité. Ce n’est qu’à l’issue des épreuves d’admissibilité que l’administration a engagé ce travail de vérification. En urgence, et afin d’assurer l’égalité de traitement, les situations non recevables ont fait l’objet d’un traitement au niveau ministériel pour les certifiés et professeurs d’EPS, CO-Psy et CPE, mais seulement au niveau des rectorats pour les Professeurs de Lycées Professionnels.

Ces vérifications sont intervenues trop tardivement pour respecter simplement les personnels.
Nombre d’entre eux se sont investis dans la préparation d’épreuves pour apprendre in fine que leur candidature n’était pas recevable. Certains candidats convoqués se sont ainsi vus refuser le passage des épreuves ; d’autres déclarés admis par les jurys ont été rayés de la liste parce qu’ils ne remplissaient pas les conditions administratives d’inscription.

Le SNES-FSU, SNEP-FSU et le SNUEP-FSU n’acceptent pas un tel gâchis. Ils s’adressent au ministre de l’Education nationale. Les leçons doivent être tirées de ce fonctionnement calamiteux en vue des prochaines sessions. D’ores et déjà, les admissibles aux recrutements réservés doivent se voir assurer dès maintenant une garantie de réemploi à temps complet. Face à la grave crise de recrutement dans le second degré, il serait en effet incompréhensible que l’institution se prive de ces personnels et les conduise à abandonner la perspective d’accéder à la titularisation. Des négociations doivent s’ouvrir sans délai en vue d’un plan de titularisation ouvert à l’ensemble des contractuels et vacataires et afin de dépasser les insuffisances de la loi Sauvadet.

Comme ils l’ont déjà demandé, le SNES-FSU, SNEP-FSU et le SNUEP-FSU souhaitent obtenir l’assurance que toutes celles et ceux qui se sont rendus à l’épreuve d’admission seront remboursés de leurs frais de déplacement et de séjour. Les difficultés sont réelles, en particulier pour celles et ceux qui exercent outre-mer.
Le SNES-FSU, SNEP-FSU et le SNUEP-FSU assurent les contractuels de leurs disponibilités pour renseigner chacun sur sa situation au regard du droit de se présenter aux concours réservés et accompagner les recours dans tous les cas litigieux.


CAPEPS réservé 2013 : Le SNEP-FSU demande que tous les admissibles soient convoqués aux épreuves d’admission
Le 18 avril 2013

Le SNEP-FSU déplore les conditions faites aux enseignants d’EPS non titulaires qui, pour un certain nombre admissibles, se voient - par simple appel téléphonique des services académiques - déclarés non éligibles au concours réservé du CAPEPS et empêchés de se présenter aux épreuves d’admission.

Au-delà du fait que les vérifications devraient être réalisées avant le début des épreuves d’admissibilité, la méthode employée n’est pas acceptable.

De plus, la complexité des conditions exigées pour prétendre accéder à ce dispositif entraine des interprétations différentes des services rectoraux, notamment concernant l’ancienneté acquise par les non-titulaires. Cette situation est source d’inégalités, allant jusqu’à rendre inéligibles des collègues qui remplissent parfaitement les conditions pour se présenter à ce concours réservé !

Afin de préserver l’égalité de traitement de tous les collègues admissibles, le SNEP-FSU demande au Ministère de l’Education nationale :

  • que tous les admissibles puissent se présenter aux épreuves d’admission
  • que la vérification de l’éligibilité des candidats soit effectuée dans le cadre d’un traitement national garantissant les mêmes droits pour tous

Par ailleurs, les candidats, quelle que soit leur situation administrative lors des épreuves d’admission, doivent pouvoir bénéficier de la prise en charge de leurs frais de déplacement pour se rendre aux concours (internes, réservés).

Pour le SNEP-FSU, vaincre la précarité passe par un véritable plan de titularisation ouvert à tous les précaires. Si ce dispositif n’éradique pas la précarité à l’Education Nationale, sa mise en œuvre mérite néanmoins la plus grande attention, tant les attentes des non titulaires sont grandes.


La FSU s’adresse à la Ministre de la Fonction publique
Le 20 décembre 2012

Les négociations de l’hiver 2011 sur la situation des agents non titulaires devaient déboucher sur une amélioration des conditions d’emploi et de rémunération de ces personnels. Près de 2 ans après cet engagement de l’Etat, force est de constater que la situation n’a guère évolué de ce point de vue. La FSU demande à être reçue par la Ministre de la Fonction publique.

Lettre de la FSU (pdf 675.9 ko)