Mercredi 24 janvier 18 | 08:27:59 

 
         

NOUS CONTACTER

accueil@snepfsu.net
01.44.62.82.10

  Congrès 2007 (maj le 1/03/17 )

 

SUAPS : Zoom

1/ Le contexte :
Les SUAPS, avec toutes leurs diversités, sont impliqués dans les décisions politiques actuelles et à venir. Le sujet des PRES, des intégrations IUFM, de la remise en question de l’EPS à tous les niveaux dans le service public en lien avec le dogme de moins de dépenses publics et bien d’autres points, touchent et toucheront les SUAPS dans leurs missions et leurs fonctionnements. Seulement 18,5% environ des étudiants pratiquent dans les SUAPS alors que le Rapport Fabre de 1994 estimait à 70% le nombre d’étudiants souhaitant pratiquer une APSA à l’Université. Un tel décalage n’est pas acceptable au vu de ce que représentent les APSA comme domaine de la culture et de ce qu’elles peuvent apporter par un enseignement approprié. Les conditions actuelles d’études des étudiants sont dégradées. Les SUAPS fonctionnent assez bien dans l’ensemble mais ils demeurent fragiles, instables pour remplir pleinement leurs missions de service public des APSA. Bon nombre de SUAPS saturent face à la demande et ne peuvent pas accueillir de nouveaux étudiants, faute de moyens suffisants.

2/ Nos orientations :
Une nouvelle étape de développement d’un service public des APSA s’impose, garant d’une meilleure démocratisation des APSA et d’une formation personnelle, qualifiante pour chaque étudiant. Cette étape s’inscrit dans une continuité de l’EPS à l’Université. Celle-ci étant soumise aux débats et règles de l’autonomie universitaire. Pour cela, les outils que sont les SUAPS doivent dépasser la simple prestation de service pour promouvoir un rapport critique à ce domaine de la culture que sont les APSA, objets culturels donc objets d’études et aussi moyens d’éducation. Les SUAPS doivent proposer un panel d’APSA reflétant une grande variété de registres culturels de la motricité humaine. Il faut simultanément augmenter l'offre de formation et créer des emplois du temps étudiants, qui leur permettent de pratiquer.

3/ Nos revendications, en terme de moyens :
Un recrutement d’au moins 300 enseignants d’EPS titulaires supplémentaires est nécessaire. La ventilation se ferait en commençant par les SUAPS les plus déficitaires. Dans une première étape la part de vacataires utilisée en volume horaire ne devrait pas dépasser les 25% des besoins et la priorité, sur ces vacations, doit être donnée aux enseignants d’EPS second degré. Le recours aux BE ne peut-être que par défaut. En lien avec la diminution des heures complémentaires (vacations et titulaires) nous demandons le développement de décharges données aux enseignants en poste second degré qui interviennent dans les SUAPS. Un maximum d’heures complémentaires des titulaires devrait être fixé. La question du recrutement de titulaires dans les SUAPS qui donne une surreprésentation d’hommes, doit être examinée et interrogée dans le cadre de l’égalité professionnelle d’accès entre homme et femme.
L’Etat, en lien avec les Collectivités Territoriales et Locales, doit œuvrer à un nouveau plan de constructions d’équipements sportifs universitaires. La répartition des installations, doit se faire en concertation avec les différents utilisateurs universitaires dans le cadre d’une commission présidé par le directeur(rice) du S(I)UAPS où sont membres de droits les différents utilisateurs universitaires. Là où elles sont municipales, les moyens budgétaires de location doivent suivre les besoins.
Un financement supérieur des SUAPS est incontournable et il doit assurer une pérennité et une égalité sur tout le territoire, synonyme de service public. Nous réaffirmons que l’Etat doit totalement assumer le financement du service public des APSA dans l’enseignement supérieur. Néanmoins dans l’état actuel des difficultés rencontrées un droit SUAPS modique, à l’image du droit « BU », serait une solution acceptable. Celle-ci est à négocier avec les organisations étudiantes. L’université doit abonder les moyens du SUAPS à une hauteur minimum de 1% de leur budget. Actuellement la plupart des SUAPS oscille entre 0,3 et 0,7%. Nous devons porter l’idée que l’activité physique est un droit, autant que le droit aux livres ; que c’est une nécessité pour l’équilibre de vie et l’émancipation de chacun.
Les SUAPS sont réservés aux seuls étudiants des Université d’Etat pour les cours. Tout étudiant dans son année doit pouvoir pratiquer dans une autre université lorsqu’il est amené à poursuivre son cursus ailleurs.

En terme pédagogique 
Il faut des services adaptés pour des formateurs bien formés. Mais il faut aussi appliquer le maximum de service annuel de 384 heures de cours. Toutes les ambiguïtés de l’article 2 du Décret de mars 1993 doivent être levées : c’est-à-dire qu’une heure de cours dans une APSA en SUAPS égale une heure TD.
La finalité de l’EPS de former un citoyen cultivé lucide et autonome ne peut pas s’arrêter à la sortie du lycée. Ne faut-il pas mettre à plat les différents parcours possibles et assurer à chacun une activité physique régulière, dans au moins une APSA de son choix, et un droit à la découverte dans une autre APSA ?
Dans l’immédiat, chaque UFR Universitaire doit proposer à chaque étudiant, au moins une fois dans son cursus, de prendre une Unité d’Enseignement en APSA.
Créer des emplois du temps aux étudiants pour qu’ils puissent pratiquer une activité physique et sportive régulièrement.

La question des AS et des pratiques en FFSU doit être travaillée pour que ces outils soient un prolongement des SUAPS et qu’ils permettent à un plus grand nombre d’étudiants de s’y inscrire. Les liens avec les STAPS, IUFM mais par exemple aussi les SUMPS (santé) sont à approfondir et ils sont exposés sur le site.
Il nous faut donc renforcer un cadre national pour que l’autonomie des SUAPS, nécessaire aussi, ne nous atomise pas et ne nous désolidarise pas d’une obligation de service public national laïque des APS !

Pascal Anger, le 24/04/07
pascal.anger@snepfsu.net

Voir le mémo SUAPS :  Télécharger (pdf 70,5 Ko)


 

Copyright © 2015 SNEP. Version 4 publiée le 18 septembre 2015 - Mentions légales & Pub