Lundi 22 octobre 18 | 17:59:07 

 
           

NOUS CONTACTER

accueil@snepfsu.net
01.44.62.82.10

  Congrès 2007 (maj le 1/03/17 )

 

Mandats "corpo sup " :
conditions de travail et carrières
Obligation de service des enseignants d'EPS


Les enseignants affectés dans l’enseignement supérieur sur un emploi de type second degré ont horaire annualisé de 384h en présence d'étudiants (décret de 1993) qui distingue les heures CM, TD, TP. Le SNEP et le SNESUP demandent l’abandon de ce décret qui donne lieu à diverses interprétations. Ils revendiquent un service annuel de 250h permettant formation et activité de recherche. Ils demandent la prise  en compte de toutes les tâches : responsabilités administratives ou pédagogiques, suivi de stage et de mémoire, déplacements inhérents à la structure ou à la fonction… dans le service statutaire. Ils demandent le respect des 15h et 18h de service hebdomadaire maximum, tout dépassement devant être comptabilisé en heures complémentaires.
En ce qui concerne les pratiques sportives, elles doivent être comptabilisées 1h = 1h TD. Les heures d'animation de l'association sportive doivent être intégrées dans les services en heures TP ou de manière forfaitaire.

Droit aux congés

L'annualisation des services ne comptabilise pas les absences légales et les jours fériés. Elle remet souvent en cause le droit aux congés de maladie, par des pressions diverses exercées sur les collègues pour qu'ils récupèrent leurs cours. Le droit aux congés doit être garanti au regard du service prévisionnel établi en début d'année. Les heures complémentaires, dès lors que le service prévisionnel les mentionne, elles doivent faire l'objet des mêmes déductions que le service statutaire en cas d'absences légales

Avancement de corps et de grade

les enseignants du supérieur sont régis par les mêmes règles que les autres enseignants d'EPS.
Nos carrières, la reconnaissance de nos qualifications, nos rémunérations, sont des cibles particulièrement exposées : la nouvelle gestion des personnels s’appuie sur l’individualisation des carrières, l’évaluation du mérite, la mise en concurrence des collègues entre eux, la culture de résultats, l’autonomie des hiérarchies locales, l’alourdissement de la charge de travail et… les économies budgétaires. L'accès à la hors-classe pour tous est remis en cause par les dernières circulaires, en laissant le choix unique et totalement arbitraire aux supérieurs hiérarchiques, risquant de semer la zizanie dans les établissements.
Le SNEP demande le retour à un barème commun basé sur des critères transparents et objectifs, s’appuyant sur l’ancienneté de carrière, pour garantir à chacun l’évolution dans une carrière dont l’amplitude est complète.

 


 

Copyright © 2018 SNEP. Version 5 publiée le 8 mars 2018 - Mentions légales & Pub