|

THEME 2
Secteur Jeunesse et Sports Pour le sport et les personnels : 4 objectifs

A Temple sur Lot, le 29 mars 2001

* Une ambition : redonner au sport son éthique, sa fonction sociale et éducative
* Un impératif : refonder un véritable service publie des APS
* Un moyen : porter le budget à 1% du budget national
* Une nécessité : offrir de nouvelles perspectives de carrière aux professeurs de sport, augmenter leur nombre, améliorer leurs conditions de travail

UNE AMBITION :
Aujourd'hui le sport occupe de plus en plus "d'espace " dans notre société : 30 millions de pratiquants, émergence de nouvelles formes de pratiques, de nouvelles activités, une place grandissante dans les médias et dans la vie économique et sociale.

Sous l'emprise de l'argent, des dérives multiples se développent et mettent en cause le sens même du sport, son éthique, sa fonction sociale et éducative.

Face à de tels détournements de sens, le SNEP et la FSU estiment que seul le renforcement des missions de service public du M.J.S est susceptible d'apporter une régulation économique et sociale du sport, de développer la prévention des conduites à risques (dopage, toxicomanie, etc…). Cela suppose que ce Ministère obtienne les moyens humains et financiers nécessaires pour atteindre de tels objectifs.

UN IMPERATIF :
Dans le cadre des travaux des tables rondes : missions, métiers, emploi, les personnels techniques et pédagogiques se sont clairement prononcés sur les missions de service public du M.J.S qu'ils estiment fondamentales.

A la question : le Ministère doit-il aider au développement du sport, 96,3% ont répondu oui.

A la question : la formation doit-elle rester une mission fondamentale du Ministère, 93, 6% ont répondu oui.

Sur ces deux missions, le service public doit être renforcé en priorité.

Pour la mission formation 
Les procédures de formation et de certification sont profondément modifiées par le nouvel article 43 de la loi sur le sport.

Sauf pour les activités " à risque ", c'est le droit commun qui va s'appliquer. Les différents Ministères concernés, le secteur associatif, privé et commercial pourront faire homologuer des diplômes professionnels, assurer les formations et les délivrer.

Pour faire face à cette nouvelle situation, il est nécessaire :

  • De diminuer d'une manière importante les coûts d'inscription dans les formations pour qu'elles soient accessibles à tous ;

  • D'augmenter les capacités de formation en personnels techniques et pédagogiques dans les établissements et les services ;

  • De mettre en place un service public de formation associant les potentiels de formation du MJS et du MEN avec pour objectifs : 
    - D'harmoniser dans l'intérêt des jeunes, les contenus de formation en concertation avec les autres Ministères concernés ;
    - De passer des conventions avec les autres services publics et le secteur associatif ;

Pour la mission développement du sport .
Notre combat est un combat pour la reconnaissance culturelle du sport et des activités physiques dans toutes les institutions et couches sociales. Nous sommes pour :

  • Développer toutes les formes de pratique

  • Sport pour tous, sport loisir, sport de haut niveau, sport santé,

  • Permettre à tous d'accéder à la pratique de son choix.

  • Transformer l'INSEP en grand établissement pour des missions d'enseignement, de recherche, de diffusion des connaissances au service du projet sportif et de formation des athlètes de haut niveau.

Le développement du sport est une tâche d'intérêt national. Il nécessite l'impulsion d'une politique gouvernementale volontariste, une augmentation importante du nombre de professeurs de sport, dont il faut optimiser les fonctions pédagogiques et les compétences techniques.

UN MOYEN
Depuis 20 ans, un millier d'emplois a été supprimé au M.J.S. 80% des suppressions ont été effectuées dans le secteur sport.

Il faut décider

Un plan sur 5 ans de 1500 créations d'emplois de professeurs de sport accompagné comme au M.E.N d'un plan prévisionnel de recrute- ment sur plusieurs années.

Un plan pluriannuel de rénovation des établissements : augmentation des crédits de fonctionnement et d'investissement.

Le budget du MJS doit être porté à 1% du budget de l'Etat (à l'identique de celui de la culture) avec un doublement immédiat dès 2002. Pour atteindre cet objectif, le SNEP, EPA et la FSU rechercheront un accord avec l'ensemble des organisations syndicales, le mouvement sportif et les associations d'éducation populaire et de jeunesse en vue d'actions communes en direction du gouvernement, du Président de la République et des groupes parlementaires.

UNE NECESSITE :
Améliorer les perspectives de carrière

Pour tous les personnels techniques et pédagogiques c'est pour nous :

- Une pleine reconnaissance, du métier de professeur de sport qui doit être fondé sur des missions valorisant leur spécialisation technique et pédagogique.

Reconstruire une carrière en 11 échelons.

- L'indice terminal de la hors classe devenant l'indice terminal du 11ème échelon, avec une translation vers le haut de toute la grille indiciaire et un début de carrière commençant au 5ème échelon actuel.

- Dans l'immédiat élargir les possibilités d'accès à la hors classe avec un pyramidage porté de 15 à 20% de l'ensemble du corps.

- Obtenir une gestion transparente et équitable des nominations, des mutations et des carrières sur la base de critères barémés connus de tous, avec abandon de toutes les promotions hors barème.

- La mise en place d'un plan pluriannuel sur 5 ans qui permet à la fois :
    * L'intégration de tous les personnels techniques et pédagogiques (titulaires et non titulaires dans le corps des professeurs de sport, 
    * l'augmentation des postes ouverts aux concours de recrutement.

- Le maintien au 3/9ème des possibilités de promotion interne.

- Amélioration de la situation des stagiaires reclassement dès la stagiarisation, attribution d'une indemnité de sujétions spéciales.

- Pour les détachés, la répercussion immédiate des promotions acquises dans le corps d'origine.

- Faire respecter la possibilité de mobilité des personnels entre le MJS et le MEN comme le garantit le statut général des fonctionnaires.

Création d'un corps supérieur
Il se justifie à la fois par la nécessité d'élever le niveau de qualification de formation et de recrutement des professeurs de sport et de leur offrir une voie promotionnelle équivalente à celle du corps des agrégés donc avec un indice terminal situé à l'échelle lettres A. L'accès à ce corps s'effectuant par concours externe (niveau maîtrise ou diplôme de l'INSEP ou titres et diplômes équivalents) et par promotion interne (concours interne, liste d'aptitude).

Ce corps ne doit pas remettre en cause les fonctions actuelles des personnels techniques et pédagogiques. Il ne doit pas constituer un échelon hiérarchique, il doit avoir accès à toutes les fonctions actuelles des professeurs de sport. 

Afin de représenter une véritable voie promotionnelle pour les personnels, ce corps devra représenter à terme 20% des corps de personnels techniques et pédagogiques.

Solidarité avec les fonctionnaires et les salariés
Avec la FSU, pour l'unité de la profession en convergence avec l'ensemble des fonctionnaires et des salariés du privé :
Défendre les collègues, construire des solidarités, respecter le pluralisme des opinions tout en menant jusqu'au bout le débat sur les missions, telle est notre volonté et notre engagement.

Notre approche critique des décisions gouvernementales s'accompagne d'une exigence d'alternatives progressistes qui nécessitent la recherche permanente d'alliances les plus larges pour :

- Renforcer les services publics.
- Développer la protection sociale.
- Garantir les 37,5 annuités pour le privé et le public pour le calcul des retraites et des pensions à taux plein.
- Négocier une réduction du temps de travail qui se traduit par des jours de congés supplémentaires, qui permet d'améliorer les conditions d'emploi des personnels et s'accompagne de la création de postes budgétaires pour garantir au public des prestations de qualité.
- Obtenir un premier rattrapage des pertes de pouvoir d'achat dans le cadre des négociations salariales dès 2000.

VOTE
Pour = 98 - Abst = 0 - Contre = 0 - Refus de vote = 0