Assises de Marseille

Assises de Marseille le 14 mai 2009
Spécificité de l’EPS, Identité de l’EPS

Bruno Cremonesi et Sébastien Molenas


Plus de 50 personnes appartenant à la profession sont venues au lycée International de Luynes pour discuter, échanger et débattre sur l’identité de leur discipline. Des collègues bien décidé à ne pas laisser l’avenir de leur discipline se construire sans donner leurs points de vue.

Svrdlin Andjelko ouvre ces premières assises Marseillaises : « Quelle  EPS ?  Pour quel service public ?  est le cœur de cette initiative du SNEP. C’est une première qui se prolongera l’année prochaine. L’enjeu pour le SNEP est de libérer la parole, de permettre d’avoir des débats pédagogiques. ».  Le groupe pédagogique académique, tentera de faire vivre cet exigence toute la journée dans l’animation des débat.
 

FLORILEGE :
Les collègues ont fait part de leurs inquiétudes face à une EPS externalisée, à des profs d’EPS qui seraient remplacés par des BE.
Une peur sans doute fantasmée par un contexte politique où le catastrophisme devient une stratégie politique, peut être pour préparer les collègues à accepter de baisser les exigences en horaires ou le niveau de culture sportive et artistique visé pour tous les élèves.
La table ronde sur la spécificité de l’EPS dans le champ des APSA est sans ambigüité et une large convergence des intervenants se dégage autour de l’idée que l’EPS est une discipline d’enseignement au sein de l’institution scolaire et de fait répond aux missions de l’école.

Un représentant de la FCPE insiste sur l’intérêt et l’attachement que portent les élèves à l’EPS, avis partagé par les parents. Mais suite à un travail important de consultation, ce parent pointe le reproche du manque de communication des enseignants d’EPS et il nous invite à dialoguer davantage avec eux. Même constat avisé d’un technicien chargé des bâtiments scolaires et sportifs auprès du conseil General des bouches du Rhône, qui nous signale l’absence de partenaires institutionnels pour l’accompagner dans ses missions. Des réserves d’amélioration du service public d’éducation physique existent et ses assises peuvent permettre de jeter le pont entre différents acteurs.

Le débat sur l’identité de l’EPS montre qu’il traverse toujours son histoire, Raymond Delhemme n’a cessé pendant l’après midi d’identifier des tensions entre les mots pour essayer dit il «  de dépasser les point de blocage de la pensée ».  Il développera l’hypothèse selon laquelle les formes de pratiques scolaire sont les clés pour construire la lisibilité et la légitimité de l’EPS au sein du système scolaire. Mais N’y a-t-il pas alors un risque de glisser vers une culture scolaire coupées des pratiques sociales de référence et ne risque t’on pas le formalisme scolaire celui qui produit tant d’échec…Un débat riche et intéressant qui met en perspective dans la tête des participants et des intervenants un autre rendez vous pour continuer à échanger et construire l’avenir sans prescrire et sans proscrire…


 

 




Site développé par Fred Camel et Christian Couturier pour le SNEP - 2007 - Tous droits réservés