|

Texte du SNEP-FSU sur les
élections Présidentielle et Législatives

 

Voté à l’unanimité au CDN des 29 et 30 mars 2012

 

La satisfaction des revendications que porte le SNEP, soutenu par 85% des collègues qui lui ont fait confiance aux élections professionnelles, exige des choix politiques radicalement différents de ceux imposés aujourd’hui.

Les gouvernements successifs mis en place par le président N. Sarkozy depuis 2007 ont nettement accentué la politique ultra libérale menée auparavant. Les choix mis en œuvre visent à remettre en cause tous les acquis et conquêtes sociales que l’activité syndicale et les mouvements sociaux avaient engrangés au cours des siècles précédents : entreprises nationales, services publics, protection sociale, droit du travail, fonction publique, éducation, santé, culture, sport… sont démantelés et soumis à de telles restrictions budgétaires qu’ils ne peuvent plus couvrir leurs missions ou faire face aux services et prestations pour lesquelles ils ont été conçus.
Les attaques récentes et répétées sur les corps intermédiaires risquent de saper les fondements de la démocratie.

Ces orientations politiques, économiques et sociales mises en place en France et, au plan européen, dans la droite ligne du TCE (rejeté par le peuple français) et aggravées par le « mécanisme européen de stabilité » sont responsables de la grave crise sociale actuelle et des dégâts qu’elle entraîne : chômage accentué, salaires insuffisants, vie chère, précarité généralisée, manque de logements, etc... Ce qui place une partie importante de la population dans des difficultés inextricables.

Le modèle social est profondément remis en cause, la xénophobie est entretenue au plus haut niveau de l’Etat et l’encadrement répressif des jeunes se substitue à l’approche éducative ; les vies professionnelle et privée en sont durement atteintes.

Cette situation ne s’applique pas à toute la population. La spéculation est favorisée, des sommes considérables sont prélevées sur le travail pour enrichir les actionnaires et la couche la plus riche de la société, les inégalités sociales ont ainsi explosé ces dernières années.

Notre syndicalisme a combattu et continue à combattre ces orientations, en cherchant à développer les luttes unitaires, en défendant pied à pied les salariés et promouvoir leurs droits, en portant avec eux les valeurs démocratiques de fraternité et de progrès social préservant la planète, cela en construisant et en portant des propositions alternatives économiques et sociales. En effet il ne s’agit pas de revenir à un statu quo ante qui resterait insatisfaisant mais bien de répondre aux besoins de la population  notamment par le développement et l’amélioration des services publics et des protections sociales.
 
C’est sur la base de ses revendications alternatives que le syndicalisme de lutte et de rassemblement qui est le nôtre, avec les salariés, entend marquer les programmes des candidats de ses exigences.

C’est pourquoi le SNEP se prononce pour :

  • des moyens accrus aux services publics démocratisés et modernisés, financés par une fiscalité plus juste et progressive, contribuant à une tout autre et meilleure répartition des richesses ;
  • une politique de l’emploi, des salaires et des revenus qui corresponde aux besoins du pays et de tous les citoyens ;
  • une protection sociale de haut niveau (santé, retraite, conditions de travail…) ;
  • un service public d’éducation, libéré du carcan de la loi Fillon et de son socle commun, revenant sur les contre réformes mises en place ces dernières années, orienté vers la réussite de tous et nécessitant pour cela un plan pluriannuel de création de postes,
  • la mise en œuvre des revendications contenues dans le livre blanc du SNEP pour l’EPS et le sport scolaire et de ses propositions pour le sport ;
  • le respect des droits syndicaux et la mise en œuvre d’un véritable dialogue social.

 

Il est possible de changer la situation actuelle. Il en va de l’avenir de notre jeunesse pour laquelle nous sommes porteurs d’ambitions, de sa place dans la société,  comme celle de tous les salariés, de l’avenir de notre pays, de sa place dans l’Europe et dans le Monde, de la paix.

Le SNEP, attaché à l’indépendance syndicale, s’est adressé à chacun-e des candidats-es sur la base de ses revendications, et appelle les enseignants d’EPS et les professeurs de sport :

  • à se saisir des perspectives ouvertes pour faire valoir leur engagement revendicatif et le poids des luttes ;
  • à participer massivement aux scrutins à venir (présidentielle et législatives) avec l’objectif double : mettre un terme à une période caractérisée par des dégradations fortes et  promouvoir une alternative porteuse d’espoir pour leurs revendications ;
  • à prendre en compte le projet global du SNEP [conception de la société, conception des services publics, notamment ceux de l’éducation (EPS et sport scolaire particulièrement) et du sport] pour faire porter leur vote sur le(s) candidat(s) dont le projet politique leur apparaît le plus à même de répondre à nos exigences collectives ;
  • à poursuivre les luttes sur tous les terrains.