|

CONSEIL DELIBERATIF NATIONAL DU S.N.E.P.
DES 16 ET 17 janvier 2014

 

Relevé de décision

RELEVÉ DE DÉCISION

Au plan Général

La situation sociale et économique du pays nécessite la construction, dans le cadre le plus unitaire possible, de mobilisations notamment autour des questions d’emploi, de salaires, de fiscalité, des services publics et de la dépense publique dans la suite des deux textes élaborés par la CGT, CFDT, FSU et UNSA.

L’affirmation d’une nouvelle réduction importante des dépenses publiques  va pénaliser gravement et surement structurellement les services publics, les trois versants de la fonction publique et la protections sociale. Le SNEP considère que doit être menée une véritable campagne d’opinion de la FSU avec ses alliés pour montrer l’inefficacité des choix gouvernementaux et proposer des alternatives économiques et sociales basées sur un tout autre partage des richesses. Sur ces questions, en partant des besoins de la population, il s’agit de construire des mobilisations les plus unitaires possible. Pour ce faire, le SNEP considère que la FSU doit chercher à développer des mouvements revendicatifs diversifiés dès maintenant, notamment dans l’éducation sur les questions de préparation de la rentrée 2014, avec pressions sur l’administration, sur les députés et sénateurs. Cela permettra de mener le débat avec nos collègues de la nécessité d’agir contre la diminution de la dépense publique et pour des choix économiques et sociaux alternatifs.

le CDN du SNEP appelle à réaffirmer que Le rôle de l’État et des collectivités territoriales est déterminant pour sortir de la crise, pour faire face à la situation sociale et aux enjeux économiques, pour construire une société plus solidaire.

Le CDN du SNEP appelle à se saisir du débat lancé par le gouvernement sur la fiscalité pour développer des propositions alternatives.Une profonde réforme fiscale fondée sur un réel partage des richesses est plus que jamais urgente et nécessaire.

Dans un contexte d’austérité budgétaire, la revalorisation du métier nécessite le développement d’une vaste campagne auprès de nos collègues et de l’opinion. La pétition « La revalorisation doit commencer maintenant ! » doit être relancée. 

Pénibilité

Les discussions autour de la pénibilité se déroulent actuellement à la Direction Générale de l’Administration et de la Fonction Publique (DGAFP). Les critères retenus visant à coller à la définition de la pénibilité dans le secteur privé rendent très difficile la prise en compte de la pénibilité des enseignants et spécifiquement celles des enseignants d’EPS. Le CDN estime nécessaire de travailler à la construction de mobilisations pour faire reconnaître les spécificités du métier alimentée par des enquêtes et des témoignages qu’il initiera.

Sur le plan éducatif

Dossier métier

Si sur le dossier métier, dans le cadre des discussions autour des fiches, l’ensemble des revendications portées par le SNEP ne sont pas prises en compte, le CDN considère qu’il est opportun de continuer les discussions pour faire acter une étape provisoire. Dans le même temps, le SNEP continuera à revendiquer une amélioration des conditions de travail qui inclue l’abaissement des maxima de service, la prise en compte de mission complémentaire comme le secrétariat d’AS, les indemnités pour les CCF etc.

Concours et stagiaires

Dans la continuité de ce qui est fait depuis plusieurs années en direction des étudiants se destinant au métier d’enseignant d’EPS, chaque académie doit s’organiser pour la distribution des tracts lors des écrits des différents concours.

S’agissant des « entrants » dans le métier, le SNEP assurera un accueil des admissibles à Vichy de mi-mai à fin juin.

Rentrée 2014

Malgré la concrétisation partielle de certaines revendications du SNEP (augmentation des recrutements, mi-temps de formation pour les stagiaires, mesures pour l’éducation prioritaire), l’insuffisance des dotations cumulées à l’augmentation des effectifs vont conduire à une préparation de rentrée 2014 très difficile.

Le CDN du SNEP appelle les collègues à continuer à faire valoir leurs exigences pour la qualité du service public d’éducation : effectifs de classe, implantation de postes définitifs dans les établissements, diminution des postes à cheval sur deux ou plusieurs établissements, transformation des heures supplémentaires en heures poste...

Cela passe nécessairement par la remise en question des politiques d’austérité et par la revalorisation du service public d’éducation et de ses enseignants.

Le SNEP appelle la profession à intervenir dans les Conseils d’Administration mais aussi auprès des élus afin de maintenir une pression pour l’obtention d’une programmation pluriannuelle de recrutements. A cette fin, le kit DHG sera réactualisé.

ESPE

Les situations disparates des ESPE nécessitent que soit regardée chaque situation pour dresser une image prenant en compte l’ensemble des réalités. Ce travail doit déboucher sur la construction d’alternatives visant l’amélioration de la formation des enseignants. Dans ce cadre, le CDN du SNEP appelle les sections académiques à récolter des témoignages de candidats aux concours, EAP, stagiaires, tuteurs, formateurs. Ces témoignages enrichiront l’état des lieux en construction dans l’observatoire mis en place par la FSU.

Contenus

Le SNEP s’engage dans la rénovation des contenus. Malgré nos fréquentes demandes, la phase « bilan », pour nous essentielle et incontournable, ne sera pas faite. Le SNEP s’est donc lancé dans ce travail d’analyse à la base d’une réelle volonté de changement.

          Suite de l’enquête Flash

Le travail de dépouillement des plus de 4000 enquêtes (l’objectif fixé par le précédent CDN est atteint) arrive à son terme et sera communiqué dans les prochaines semaines. Le CDN du SNEP considère que cette première étape quantitative doit faire l’objet d’une large diffusion : DGESCO, CSP, IG, ministère, presse...

Cette diffusion doit se décliner localement par l’organisation de rencontres avec la profession lors des congrès, d’heures d’informations syndicales, de rencontres avec le corps d’inspection, les députés.

Pour faciliter ces rencontres et débats, le SNEP enverra à chaque académie les données relatives à son territoire et construira un diaporama qui pourra servir de support.

Une seconde phase d’enquête avec un versant qualitatif doit maintenant être réalisé pour identifier les raisons qui poussent les collègues à se positionner de telle ou telle façon face aux programmes et aux certifications. Le CDN appelle les bureaux académiques à réaliser l’interview de 3 collègues exerçant en collège, en lycée et en lycée professionnel et à faire remonter au national les retranscriptions pour analyse.

          Socle/Programmes

Après le travail de déconstruction et d’analyse critique du socle commun de la loi Fillon et des programmes actuels et à partir du travail réalisé autour de la culture commune, le SNEP s’engage dans un travail de production qui formalise sa conception pour une nouvelle architecture et une nouvelle écriture des textes officiels qui soit porteur d’une réelle alternative aux orientations actuelles rejetées par la profession.  Il communiquera l’ensemble de ses documents (analyses et alternatives) au CSP et organisera des rencontres avec la profession autour de ses propositions.

« Réforme des rythmes »

Le CDN invite les bureaux à se saisir de toutes les occasions pour débattre de cette réforme qui, en se centrant sur le périscolaire, peut modifier à terme le sens de l’école en instaurant une confusion entre le temps scolaire et périscolaire. Le CDN propose d’agir en premier lieu sur les temps  scolaires pour résoudre l’échec scolaire, de réaffirmer la place et le rôle de l’enseignement de l’EPS dans la formation des jeunes et la nécessité d’assurer l’horaire officiel d’EPS dans le primaire, de relancer le débat au sein de la FSU pour « plus et mieux d’école ».

La période des élections municipales est un moment privilégié pour faire pression et avancer nos revendications (sur le dossier des rythmes comme sur les autres) en interpellant les différents candidats.
Le SNEP organise le 23 janvier un débat autour de la réforme mise en œuvre. De nombreuses organisations seront présentes (SNuipp, EPA, Ligue de l’enseignement, USEP, UNSS, PEEP, FCPE des élus...). Au-delà de la précipitation dans laquelle cette réforme s’est mise en place, l’enjeu sera de mener une réflexion approfondie sur les fondements, les objectifs, l’encadrement, la notion de complémentarité, les partenariats et la construction d’alternatives.

Égalité

Dans la suite de l’action menée par le SNEP avec SOS Homophobie, la FSGT, FSGL, femix’sport et l’ANESTAPS pour lutter contre l’homophobie et toute forme de discrimination dans le sport (pétition à signer en ligne), le SNEP avec le Centre EPS et Société organise le 24 janvier 2014 une journée de conférence et de débat au Sénat sur la question de l’ « Égalité garçons-filles en EPS et sport ».

Le secteur sport

Le SNEP-FSU poursuit ses rencontres vers les collègues à travers des réunions dans les académies. La préparation d’une nouvelle loi sur le sport doit être l’occasion pour lui de porter ses revendications.
Le SNEP-FSU intervient par courrier auprès de la ministre des sports et du CNOSF pour dénoncer les éléments inacceptables entourant les JO de Sotchi.

Enseignement supérieur et recherche

Pour la première fois le SNEP organise une journée nationale sur le développement de l’EPS et des APSA dans l’enseignement supérieur le 31 janvier. Elle s’adresse aux collègues syndiqués des SUAPS et des grandes écoles et c’est une étape de réflexion pour le congrès national.

Congrès

Les assemblées générales départementales et les congrès académiques doivent être l’occasion de temps forts de rencontres professionnelles. L’invitation des collègues à venir débattre de leur métier, de l’EPS, du sport scolaire et plus largement de l’école dans la société doit être travaillée pour permettre la participation la plus massive possible.

Pour aider à l’animation des congrès, le SNEP réalisera des fiches contextualisant chaque thème des débats et proposera aux académies des fiches type permettant la remontée des discussions et décisions au National.
Des fiches pourront être réalisées sur des points particuliers pour permettre aux animateurs d’organiser des rebonds dans les débats et/ou de disposer d’argumentaires.

Syndicalisation

Les données actuelles sur la syndicalisation rendent compte d’une situation identique date à date à celle de l’an passé. Cette situation, si elle était maintenue en l’état, nous éloigne des objectifs de progrès que nous nous étions fixés. Elle est contradictoire avec les éléments significatifs obtenus par le SNEP dans la dernière période et les signes donnés par la profession et perçus lors de mobilisations singulières (3000 signatures de pétition sur un week-end, plus de 4000 enquêtes récoltées en un mois, participation importante dans les journées de rassemblement organisées par le SNEP...).

Le SNEP appelle l’ensemble du tissu militant à prendre à bras le corps l’objectif de progrès que nous nous sommes fixés en début d’année scolaire. L’opération « rattrapage » doit être menée avec détermination dans tous les départements. Il nous reste quinze jours !

Cette opération peut être menée en parallèle aux élections syndicales et à notre volonté de faire des congrès des temps forts de rassemblement.

 

Votes :                    Pour : 39      Contre : 1