|

Paris le 30 octobre 2009

 

Projet de budget des sports 2010
Un budget indigne ! 

 

En progressant de 1,13%, les crédits consacrés au sport ne suivent même pas l’augmentation du budget général ! Ces propositions montrent que les engagements de porter ces crédits à 3% du budget général n’étaient que du vent ; ils entament le crédit de toutes les déclarations gouvernementales qui font du développement de l’activité physique une des composantes de la santé de la population. Le SNEP-FSU dénonce cette politique.

Le secrétariat des sports, déjà amputé d’une forte partie de ses moyens par la mise en œuvre de la RGPP, est contraint à des choix qui éloignent encore l’objectif d’égalité des citoyens en matière d’accès au sport. Les crédits consacrés au sport pour le plus grand nombre, représentaient 11,8% du programme sport en 2009 ; ils chutent à 4,45% en 2010 ! Indigne ! Le sport de haut niveau connaît un appui incontestable (+11,2%), les autres actions stagnent plus ou moins.

Le scandale du droit à l’image collectif, qui permet aux sportifs professionnels les plus riches de se faire payer une partie des cotisations sociales par l’Etat, pour une somme de 26 millions d’euro, semble avoir été condamné lors les débats budgétaires à l’Assemblée Nationale. Ce DIC doit être supprimé et les crédits reportés sur le sport pour tous.

La politique sportive conduite sous le « gouvernement » Sarkozy se résume à une forte rétraction de l’action publique, dont les effets risquent encore de s’aggraver avec la réforme des collectivités territoriales.

Des forces, dont le SNEP, s’organisent en ce moment pour contester fermement ces orientations et faire du sport et de l’activité physique pour tous un élément de culture de chaque citoyen.