|

Paris le 30 janvier 2009

Grève du 29 janvier :
massivement suivie par les enseignants d’EPS
 et les professeurs de sport !

 

Au ministère de l’éducation nationale et dans l’enseignement agricole, ce sont plus de 60% des enseignants d’EPS devant travailler ce jour qui étaient en grève. Celle-ci a été massive également dans l’enseignement supérieur et au secrétariat d’état au sport.

Partout, les manifestations interprofessionnelles ont été d’un niveau historique avec plus de 2 millions de manifestants au niveau national !

Les personnels ont adressé un message clair au gouvernement et au Président de la République : ces derniers doivent changer profondément la politique menée, notamment sur les questions éducatives (réformes du lycée, de l’université, de la formation des maîtres, revalorisation des métiers, etc.). Les 13 500 emplois supprimés pour la prochaine rentrée doivent être rétablis.

Le message est clair également pour l’EPS et le sport scolaire, comme sur le dossier sport. La place de l’EPS doit être confortée et améliorée dans l’ensemble du système éducatif, le projet de changement de statut des cadres de l’UNSS doit être abandonné, ainsi que la dilution des directions départementales jeunesse et sports et la suppression de CREPS ; le nombre de postes aux concours de recrutement 2009 doit être très fortement augmenté pour faire face aux besoins, assurer un emploi stable aux étudiants et aux personnels en situation de précarité, tant dans le secteur de l’enseignement que dans celui du sport.

Plus largement, les grévistes et manifestants portaient l’exigence d’une autre politique économique et sociale avec notamment un renforcement des services publics et une augmentation du pouvoir d’achat.
Le SNEP poursuit son travail d’élaboration de propositions sur l’ensemble des dossiers en cours dans l’intérêt des jeunes, des personnels et des services publics ; il développe son activité d’information auprès de l’opinion et de mobilisation de la profession.

Il propose, avec la FSU, aux partenaires syndicaux, de poursuivre l’action interprofessionnelle et prendra ses responsabilités sur son secteur d’intervention.