|

Paris le vendredii 29 août 2007

 

Plus d’EPS à l’école : encore un effort, M. le Ministre !

Le SNEP constate qu’à cette rentrée, le gouvernement réaffirme son intérêt pour une meilleure prise en compte du « sport à l’école » :

- Le Haut Conseil pour l’Education propose que « le sport soit intégré dans le socle commun » et qu’il constitue la 8ème compétence de celui-ci ; le président de la république s’y déclare favorable. Cela confirme que le SNEP, tout en contestant la logique portée par le socle, avait raison d’affirmer que l’EPS n’y était pas suffisamment prise en compte.

- Mme Fourneyron, députée, a été chargée d’un rapport sur « les enjeux sociaux et économiques du développement des équipements sportifs », dossier sur lequel le SNEP est intervenu auprès de la Présidence, du ministère de l’éducation nationale et de celui de la santé, de la jeunesse et des sports.

- Par circulaire, le ministre de l’EN incite les professeurs des écoles à mettre en place 4h d‘EPS hebdomadaires à l’école primaire. Le temps moyen dispensé actuellement étant de 2h12 (enquête DEP), le passage à 4h serait une décision positive pour l’équilibre, la santé des élèves et leurs acquisitions dans le domaine des activités physiques. Une première étape, décisive, serait déjà d’assurer partout et intégralement l’horaire officiel de 3h. De plus, pour ne pas être seulement un effet d’annonce, la proposition du ministre doit s’accompagner d’une réflexion sur la durée et les contenus du temps scolaire, les horaires et les équilibres disciplinaires, sur les alternances dans les formes d’apprentissage. Elle doit aussi être assortie, dès maintenant, d’actions de formation des enseignants et de construction d’équipements sportifs proches des écoles.

Le SNEP voit dans ces différentes annonces la marque des luttes qu’il mène depuis des années pour une meilleure prise en compte de l’EPS dans la culture commune à faire acquérir à tous les jeunes et pour le développement du sport scolaire.
Par contre, le Ministre de l’EN, s’il propose de développer la pratique sportive volontaire dans le créneau post scolaire 16h-18h institué pour « l’accompagnement éducatif », ne semble pas envisager l’augmentation des horaires de l’EPS obligatoire en collèges et lycées, pourtant seule manière de concerner tous les élèves.

La baisse considérable du recrutement d’enseignants qualifiés ces trois dernières années est incompatible avec les annonces politiques du gouvernement. Le nombre de postes ouverts aux concours doit être au moins triplé et les conditions d’enseignement améliorées pour faire face aux exigences.

Le SNEP demande audience au ministre et à ses services pour réitérer ses propositions pour l’amélioration de la place de l’EPS et du sport scolaire dans le service public d’enseignement.