|

Communiqué de Presse du 17 janvier 2012

 

CONFÉRENCE NATIONALE DU SPORT
Une ambition en berne, il faut une autre structure !

 

Le ministère des sports vient de publier le décret portant création de la « Conférence nationale du sport ». Aboutissement d’un processus initié par Mme Jouanno, en 2010, alors ministre des sports, ce texte ne définit qu’un objectif : organiser la concertation entre l’Etat, les collectivités territoriales, le mouvement sportif et les entreprises. Une ambition bien limitée ! La structure (CNAPS), que cette Conférence remplace, avait une fonction plus étendue, avec un pouvoir consultatif sur l’évaluation des politiques publiques, donnait son avis sur les textes règlementaires relatifs aux activités physiques, sur les équipements… Sa composition, interministérielle, associait une large palette de composantes dont la préoccupation commune était le développement démocratique de ces activités.
La nouvelle instance ne retient donc que quatre composantes avec une surreprésentation patronale (dissimulée sous l’appellation « monde économique »), certes conforme aux convictions de ce gouvernement, mais démesurée par rapport à son engagement réel au regard de l’intérêt du sport dans toutes ses dimensions.
Des représentants seront désignés par cooptation. De trop nombreux usagers et les organisations syndicales représentatives sont écartés.
Les conditions sont réunies pour qu’aucun dossier ne soit sérieusement pris en main.
Le SNEP-FSU, qui a déjà dénoncé le processus de création de l’Assemblée du sport qui a conduit à ce qu’il soit écarté comme les autres forces syndicales, de tous les débats, demande que cette mise en place soit stoppée et qu’une instance, intégrant réellement usagers et organisations syndicales du secteur, soit mise en place, plus conforme aux aspirations démocratiques et à l’intérêt de la population en matière d’accès aux pratiques sportives diversifiées.

Il appelle les représentants des collectivités locales à ne pas se prêter à cette mascarade.