|

Paris le 17 décembre 2008

16 décembre
Coup d’envoi réussi d’actions à poursuivre et élargir

Le ministère des sports occupe son créneau de démantèlement des services publics. 10 CREPS vont être supprimés parce que ce ministère a décidé de restreindre son intervention dans le domaine du sport. Le comité technique paritaire ministériel vient d’en être informé alors que 500 manifestants, à l’extérieur en contestaient le bien-fondé. Dans ce petit ministère, ce nombre représente une action « historique ».

Opérées par touches successives, les personnels découvrent tous les jours les propositions destructrices du ministre B. Laporte : budget sans capacité d’action, directions départementales vidées de leurs fonctions sportives, haut niveau dont il réduit sa base de recrutement, démantèlement de l’INSEP, abandon des formations au secteur privé ou associatif, sport pour toute la population tombé en déshérence ; en clair la politique sportive est renvoyée aux moyens dont dispose chacun, aux choix locaux des mairies ou collectivités territoriales dans le même temps où l’appel aux fonds privés, incessant et insistant, est un leurre.

Les réactions d’aujourd’hui doivent se renforcer. Les CREPS doivent constituer des comités de soutien et de développement, y associer mouvement associatif, élus locaux et usagers, occuper l’espace public et rendre intelligibles à l’opinion les graves dommages qu’une telle politique ne manquera pas de produire.

Les services extérieurs doivent conforter leurs missions et résister aux pressions des Préfets peu enclins à penser l’intervention éducative, fondement de l’éducation par le sport.

D’autres actions doivent se dessiner dans ce paysage d’attaques violentes contre les services publics. C’est dans ce sens que le SNEP-FSU pèsera dans l’intersyndicale.