|

Communiqué de Presse du 14 octobre 2013

 

BUDGET SPORT 2014 : TOUT FAUX !

Non, Madame la ministre, le budget sport, contrairement à ce que vous affirmez dans votre dossier de presse, n’est pas stable. Il continue à diminuer : -5% l’an passé, -2,8% cette année. De plus cette stabilité autoproclamée est aussi une régression automatique car l’inflation n’est pas prise en compte (1,3%). Au final ce budget est en baisse de 4%. La politique d’austérité, décidée par le gouvernement auquel vous appartenez, impacte ce budget.

La véracité des chiffres annoncés dans votre dossier de presse est contredite par le bleu budgétaire (programme 219) du Projet de Loi de Finances 2014 qui indique en crédits de paiements 231 Millions (Ms) d’euros contre 238 en 2013.

Votre dossier annonce « un budget dévolu aux fédérations globalement préservé », alors que cette dotation baisse encore de 2% (de 85 M€ à 83 M€) après une baisse l’an passé de 6%.

Est-ce une stabilisation que de supprimer aussi des postes dont vous ne dites pratiquement rien? L’INSEP, les écoles et CREPS, perdent encore 24 postes, les cadres techniques 32 et, pour les services extérieurs, le chiffre n’est pas avoué !!

Les postes noyés dans le budget des affaires sociales et de la santé, vous dépossèdent de votre autorité sur les moyens de fonctionnement. Cette situation traduit une dilution du sport dans la cohésion sociale et la santé. Les personnels contestent cette situation qui nuit à leurs missions, et entraîne un manque de lisibilité pour les usagers, en particulier au niveau départemental.

L’élément le plus inconcevable dans votre budget reste encore la diminution de plus de 50% de l’action promotion du sport pour le plus grand nombre ; cette action ne représente plus que 3,1% de ce budget alors que vous affirmez, de façon inconsidérée, vouloir développer l’accès au sport pour tous ! Le haut niveau occupe 77% des crédits (en hausse relative).

Madame la ministre, vous êtes une alchimiste, voire une illusionniste : vous tentez de transformer une nouvelle régression du plus petit budget de l’Etat, en « un budget stabilisé, avec des priorités réaffirmées et des engagements cohérents ». De qui se moque-t-on ?

Les besoins exprimés par les citoyens, les sportifs et les personnels du MSJEPVA ne sont pas pris en compte. C’est un budget de renoncement face aux besoins immenses de démocratisation du sport qui devrait être le cœur des objectifs de ce ministère.

Doubler ce budget ne relève pas de l’utopie et donnerait corps à tous « les mérites » que les politiques attribuent sans cesse à la pratique des activités physiques et sportives.

Le SNEP fera tout pour que ce budget évolue à la hausse et que la loi annoncée pour 2014, déjà promise en 2013, soit une vraie loi d’orientation et de programmation des moyens. Le SNEP portera ses dix propositions pour un sport émancipateur et démocratisé.