|

Paris le 12 décembre 2008

JEUNESSE ET SPORTS
UN ETABLISSEMENT SUR DEUX FERMĖ !

 

En voulant supprimer la moitié de ses établissements de formation (CREPS) et en supprimant les directions départementales sans savoir comment s’effectueront leurs missions (au nom de la RGPP), le ministère des sports, et les politiques publiques qu’il anime, s’apprête à connaître une saignée dont tout indique qu’il ne s’en relèvera pas.

La privatisation de ce secteur avec son cortège de suppression de postes et de formations, d’initiatives liées au sport pour le plus grand nombre, ne correspond en rien aux envolées lyriques du candidat à la Présidence de la République qui avait voulu faire croire que le sport allait connaître un nouveau dynamisme. Aucune des initiatives jusqu’alors prises ne corrobore cette volonté. Tout au contraire !

Doté d’un budget déjà faible et en régression pour 2009, ce ministère n’est plus en capacité de mener une politique sportive tournée vers les besoins de la population ; le sport de haut niveau est resserré, les formations transférées au secteur privé et le sport pour tous considéré hors des préoccupations étatiques. A partir de ces orientations, le gouvernement aboutit à l’idée qu’un service public du sport est inutile et que ce qui existe n’a plus qu’à être démantelé. C’est ce qui nous est proposé.

Cette orientation est néfaste et contraire au rôle essentiel que ce ministère a historiquement joué dans le secteur sport. Les besoins, qu’il a contribué à faire émerger, appellent un nouveau dynamisme de la part de l’Etat et de toutes les composantes de la société (collectivités territoriales, communes, mouvement sportif et associatif…). La RGPP construite à partir de l’asphyxie des services publics et des suppressions de postes de fonctionnaires doit être dénoncée et combattue avec détermination.

C’est pour cela que le SNEP appelle les personnels à manifester devant le ministère des sports le 16 décembre, à partir de 12 heures, jour de la tenue du comité technique paritaire ministériel chargé d’examiner ces questions.

 

A lire également :

Signez la pétition :