|

Paris le 11 octobre 2008

Pour un CAPEPS en lien avec les besoins de l’EPS et de la société

 

Le SNEP a pris connaissance du projet de schéma général des concours de second degré. Il constate que le ministère reste sur le principe de 4 épreuves mais qu’est introduite, suite aux demandes exprimées ensemble par les syndicats FSU, la possibilité dans l’oral 1 « de proposer un second volet à l’épreuve, pour certaines disciplines, dont les conditions d’exercice le justifient ».

Cette possibilité ne saurait être suffisante pour l’EPS. Le concours tel que proposé fait actuellement l’impasse sur les pratiques et les théories des APSA qui constituent le cœur de notre métier et qui justifient, notamment, une épreuve de spécialité et une épreuve de polyvalence. Le texte laisse la porte ouverte au fait qu’un étudiant sans culture physique ou sportive (notre « culture disciplinaire »), pourrait réussir au CAPEPS.
Dans cette situation les masters dans le champ des APSA, qui, déjà, ne prennent pas en compte la pratique physique et sportive, seraient confortés dans leurs choix actuels.

Aussi, puisque le ministère confirme que ces modalités générales peuvent faire l’objet des adaptations qui s’avèreraient nécessaires, le SNEP réitère sa demande, compte tenu de la spécificité de notre discipline, d’un CAPEPS avec 5 épreuves, seule solution permettant réellement d’assurer de façon sérieuse l’articulation des connaissances et compétences nécessaires à l’enseignement de l’EPS, ce que l’Etat doit garantir.

Le SNEP rappelle son exigence d’une augmentation significative du nombre de postes aux concours de recrutement, CAPEPS et Agrégation EPS, dès 2009.