|

Paris le 29 août 2008

L’EPS sacrifiée sur l’autel des nouveaux bacs pro. ?

 

Nicolas Sarkozy et Xavier Darcos l’avaient promis, ils allaient faire de l’EPS et du sport à l’école une de leur priorité ! On voit ce que valent ces promesses concernant les élèves de la voie professionnelle.

Les horaires d’EPS y étaient jusque-là de 3h par semaine en bac pro. et cette formation en deux ans était précédée de deux ans en BEP avec 2h hebdomadaires d’EPS. A ces horaires obligatoires pouvaient se rajouter des heures d’atelier de pratique EPS en BEP.

Dans le cadre de la suppression des BEP et de la généralisation du bac pro. en trois ans, le ministère propose des horaires équivalents à 2h seulement par semaine et annualisés. Et ce pour une formation au même diplôme, avec des programmes tout aussi exigeants. On passerait donc de 10h d’EPS semaine sur la scolarité à 6h, et de 296h sur 4 ans à 168h sur trois ans !

De tels horaires constituent une régression inadmissible. Il y a plus de 30 ans qu’aucun niveau d’enseignement n’avait vu ses horaires d’EPS réduits ! C’est donc un changement d’orientation politique et une rupture des engagements affichés par ce gouvernement.
Si ce projet était entériné, il aboutirait à des centaines de suppressions de postes de professeurs d’EPS en LP et à l’impossibilité d’assurer la formation des jeunes telle que prévue dans les programmes.

Le SNEP-FSU, organisation très majoritairement représentative des enseignants d’EPS en LP, n’a pas été associé, malgré ses demandes répétées, aux discussions préalables, réservées aux organisations ayant signé le protocole final sur les bacs professionnels en trois ans.

L’EPS n’est pas la seule discipline touchée par des réductions d’horaires, de plus les références hebdomadaires disparaissent, l’autonomie des établissements est mise en avant pour organiser comme ils l’entendent les enseignements sur les 3 ans, les ateliers de pratique disparaissent, …

Le projet de texte a été présenté ce matin 3 décembre à la commission spécialisée préparatoire au CSE, sans envoi préalable d’un quelconque document à ses membres (craignait-on des retombées sur les organisations complaisantes, lors des élections professionnelles d’hier ?).

Le SNEP FSU exige, avec les organisations non signataires du protocole, le report de l’examen du texte au CSE, assorti de l’ouverture d’une réelle négociation avec toutes les organisations.
Il alerte immédiatement les enseignants d’EPS et débattra avec eux des formes de la mobilisation à engager pour le maintien des horaires d’EPS en bac pro. à 3h, en lien avec l’action unitaire nécessaire sur l’ensemble de la grille horaire.