Dimanche 23 novembre 14 | 11:35:39 | 17 connectés sur le site

Chercher

|
 
 
La vie syndicale  
Les secteurs SNEP  
Les incontournables  
Nos partenaires  

L'appli SNEP-FSU...



Devenez Fan du SNEP
sur Facebook !


Pour un SNEP efficace

  Ça bouge ! (maj le 9/07/12)

 

Intervention du SNEP 93 au CDEN du 28 juin 2012
Le 09/07/12

Monsieur le Directeur d'Académie,

C'est avec une certaine solennité que le SNEP 93, représentant la profession avec 83% au niveau national et 94% dans l'académie, intervient au CDEN.
A l heure où sont mises en avant les priorités de dialogue social d'Education et de justice, il est temps que se réalisent dans les faits, les mesures que le Service Public de l'EPS et du Sport Scolaire nécessitent dans le département.
Le constat est lourd : le Service Public de l'EPS et du Sport Scolaire du département fonctionne en dehors des lois de la république pour ce qui concerne le respect des horaires nationaux.
Lire...


Interview de Christophe Mauvillain, Secrétaire académique du SNEP-FSU Poitiers au JT du Midi Pile sur France 3 le 15/06/2012
Le 17/06/12

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


Grève de soutien à notre collègue — Communiqué
Paris, le 8 mars 2012

Les personnels enseignants, éducatifs, administratifs et techniques du collège Robert DOISNEAU dans le 20ème arrondissement de Paris sont aujourd'hui, jeudi 8 mars 2012, très massivement en grève pour soutenir notre collègue M. SHEIKH. Agent de service en CAE puis en CUI depuis 5 ans, son contrat arrive à terme le 25 mars prochain.

Alors qu'il est âgé de 53 ans, il lui est actuellement proposé une succession de plusieurs CDD de courte durée pour effectuer des remplacements dans différents établissements parisiens, jusqu'en juin 2013 seulement. De surcroît, il n'y a aucune garantie de réemploi à l'issue de chacun de ces CDD de quelques mois !

Pourtant, cela fait 5 ans qu'il travaille dans notre établissement. Il n'est plus à démontrer que son poste est nécessaire au collège Robert DOISNEAU. Établissement en ZEP et zone sensible, la stabilité des personnels y est un atout majeur auprès des élèves.

C'est pourquoi nous exigeons pour notre collègue, un emploi stable dans un seul établissement. Dans la mesure où les besoins du collège Robert DOISNEAU sont toujours les mêmes, il serait juste et logique de réemployer M. SHEIKH dans notre établissement qu'il connait bien.

Dans une période de crise où le chômage se développe, nous ne comprenons pas que la Mairie de Paris refuse de pérenniser l'emploi qu'il occupe actuellement.

Nous avons d'ores et déjà décidé d'organiser un rassemblement mercredi 21 mars 2012 si notre revendication n'était pas satisfaite d'ici là.

Les personnels du collège Robert DOISNEAU
soutenus par les syndicats
SNES, SNEP, FO, CNT & SUD


Mobilisations dans les Académies et Départements dans le cadre de la préparation de rentrée 2012

Caen

les actions à venir dans l'acad de Caen pour dénoncer les DHG
21 mars appel à rassemblement IA calvados
24 mars rassemblement intersyndical (sauf SUD pour l'instant) avec les parents à Caen.

et dans la manche ça bouge très particulièrement cf message ci-dessous
Le 28 Mars 2012 : demandons des audiences à l’IA !

Un petit rappel pour commencer : la mobilisation du vendredi 10 février (CDEN) a été un succès : 500 personnes bien remontées, une animation à la hauteur, et un écho médiatique important (dépêche AFP, France 3 national...). Quant au CDEN lui-même, il a donné lieu à un déni de démocratie tel que les représentants des personnels, mais aussi certains représentants des parents et élus ont décidé de quitter la séance. Le déroulement du CDEN rend ses décisions d'autant plus illégitimes. Détail, récit, et revue de presse ici par exemple : http://sd50.fsu.fr/spip.php?article655 et liste des décisions de fermeture : http://sd50.fsu.fr/spip.php?article657

Nous ne pouvons nous satisfaire de cela !
Depuis le début du mois, deux réunions, une sur Cherbourg le 1er mars, une autre sur Granville le 7 mars, se sont tenues pour faire converger les luttes d’établissements, d’écoles et les actions départementales. Elles ont permis de rassembler des collectifs de parents et syndicats et de projeter des actions collectives.
Tenant compte des différentes expressions, l’intersyndicale des enseignants de la Manche, réunie le 8 mars, appelle les délégations d’école à demander une audience à l’IA (le DASEN) pour le 28 mars. Avec un rassemblement devant l’inspection académique à partir de 14h30.
MOBILISONS-NOUS ! ne les laissons pas massacrer le peu d’école qu’il nous reste !

Essonne

A la rentrée prochaine, le lycée professionnel Auguste-Perret d’Evry se verra supprimer neuf postes d’enseignants. Des suppressions qui entraîneront un sureffectif. « Ça va donner des classes à vingt-quatre élèves au lieu de douze », constate M. Rodriguez, professeur à Auguste-Perret. « Les conditions d’études de nos élèves seront particulièrement dégradées », déplore Frédéric Moreau, professeur dans l’établissement et secrétaire académique adjoint de la CGT Educ’Action pour l’académie de Versailles. Face à ces suppressions de postes, les enseignants ont refusé de siéger au conseil d’administration de ce lundi qui a donc dû être reporté. Dans la foulée, une trentaine de professeurs ont occupé l’établissement et ce pour toute la semaine : « On a prévu des roulements pour savoir qui passera la nuit dans l’établissement », précise Mme Gahinet, professeur de lettres et d’histoire à Auguste-Perret. Ce mardi, six enseignants s’apprêtaient à passer la nuit au lycée, contre une vingtaine la veille. « C’est l’effet Saint-Valentin », ironise Mme Gahinet. Une délégation de cinq enseignants du lycée professionnel d’Evry est reçue ce matin à l’Inspection académique. « On espère récupérer des heures pour que nos élèves puissent travailler dans les mêmes conditions que cette année. »
Au lycée Jean-Pierre-Timbaud de Brétigny-sur-Orge, l’occupation de l’établissement était prévue pour ce mardi soir. A la rentrée prochaine, ce lycée accueillera trente-huit élèves rugbymen dans le cadre d’un pôle régional d’excellence de rugby. Ce qui devait être une bonne nouvelle pour l’établissement se révèle problématique. La DHG qui vient d’être attribuée au lycée de Brétigny ne prévoit pas de moyens supplémentaires pour l’implantation de ce pôle. « L’intégration de ces nouveaux élèves se fera sur les moyens déjà attribués et donc au détriment de tous les élèves », condamne Pascal Husson, élu professeur au conseil d’administration, qui dénonce une sous-estimation des effectifs. De son côté, l’Inspection académique, qui recevait ce lundi une délégation du lycée Jean-Pierre-Timbaud, reste de marbre.
Même scénario au lycée Jean-Baptiste-Corot de Savigny-sur-Orge où sept postes seront supprimés. Une menace qui pèse sur les sections artistiques et les langues dont le latin. Face au manque de réponses apportées par l’Inspection académique, des parents d’élèves et des professeurs ont occupé leur établissement ce lundi. La semaine dernière, des actions similaires ont eu lieu notamment au lycée l’Essouriau des Ulis, Francisque-Sarcey de Dourdan, Marie-Laurencin de Mennecy et Maurice-Eliot d’Epinay-sous-Sénart.

Paris

Des fermetures de classes en collèges et en lycée
En général l'EPS est annoncée au plancher avec les heures de natation
Lycée/SEP Paul Poiret refus de la DHG et des HSA
Signale la perte d'un forfait quand HSA impossées
Suppression de l'option EPS au lycée Paul Valéry 12°

Un collègue à l'UNSS régionale de Paris
sur Paris (UNSS) pas de changement connu à ce jour.
Sur Créteil le directeur régional est "remercié" (apparemment, il aurait négocié sa sortie) son adjoint part en retraite sans être remplacé quand au second adjoint il est sur des moyens rectoraux et aps sûr d'être là l'an prochain (d'autant qu'il a déjà l'âge de la retraite...)
Sur Versailles c'est l'hécatombe également. On ne sait pas du tout si on pourra faire tourner les niveaux inter-acad. car, si Paris est au point en terme de personnel, ce sont les installations qui font défaut sans oublier que si on doit faire un Champ. de France le forfait journalier exigé par personne ne couvre pas (à Paris) les frais d'hébergement ...
De plus, nous venons d'apprendre la multiplication par 4 des tarifs des installations sportives de la Ville de Paris (ce qui entrainera un déficit, par rapport au budget prévisionnel de 33 000 euros, le coût passant de 11 000 à 44 000 euros pour l'année en cours).

Sur le reste des académies de notre beau pays, il semblerait que 5 ou 6 postes de Directeurs réguionaux (adjoints ou non) passe à la trappe en plus des 5 annoncés initialement. On doit être à -10 ou -1 postes par rapports au nombre de cadres initialement prévu à l'avenant signé entre le SNEP et le Ministère qui devait courir jusqu'à décembre 2013

Les CPGE les horaires avaient déjà été attaqués l'an dernier.
Cetta nnée cela continue perte de 4h à Henri IV alors qu'ils n'ont pas toutes les heures réglementaires

Strasbourg

La presse locale relaie les fermetures de classe, la grève du lundi 13 février a été bien suivie dans le primaire et se poursuivra un 2ème jour mardi 21.
Les initiatives locales sont assez nombreuses, les lycées (très impactés) se mobilisent, quelques collèges suivent et votent contre la DHG. a noter que nombre de chefs d’établissements prévoient les CP et CA trop tard par rapport aux remontées demandées par le rectorat.
Les tableaux des DHG par établissement n’ont pas été remis aux OS, ni avant, ni pendant les CTSD (67 et 68)! La FSU a saisi le juge des référés sur ce point, le juge s’est déclaré hors jeu car il n’y a pas d’urgence (le CTA à venir peut encore observer ça!).
Les établissements ECLAIR sont en tension importante, en particulier le lycée qui est stigmatisé et perd des élèves, donc des moyens, donc des collègues.
Le rectorat joue sur le flou entre la typologie (24 ou 30 élèves en collège, si prioritaire ou non) à l’échelle de la classe, d’un niveau ou de l’établissement.

une rencontre intersyndicale éducation se dessine pour le mardi 21 février dans le Haut-Rhin. Le SGEN et l’UNSA parlent enfin de grève.

Versailles

- Lycée Joliot-Curie Argenteuil : Une chef qui refuse de communiquer le TRMD au CA et qui assume. Courrier envoyé par les collègues et coup de fil à l'IA de ma part mais la chef ne lâche rien ! La collègue qui a essyé de se battre à lâcher car pas du tout soutenu par ces collègues ! dc pas de demande d'audience.
 
- Collège Cousteau : Une collègue qui s'inquiète pour son poste par rapport au maintien éventuel d'un poste de stagiaire. Je l'ai incité à faire voter contre la DHG, motion, demande d'audience pr faire valoir la pérénité d'un poste de titulaire par rapport au support stagiaire.
 
- collège Moulin Arnouville : bataille pour maintien d'un poste EPS avec complément de service.
 
- collège Mauriac Louvres : vote contre au 1er CA, demande d'audience car accord de l'IA pour une ouverture de 3ème supplémentaire ms seulement 7 heures de plus ds la DHG !!!
 
- collège Malraux Louvres : collègues en guerre contre la chef qui ne respecte aucun texte ! Suppression d'une section foot, plus de 3ème prof pour la piscine...

Lycee Sarcey de Dourdan (91)
Nous avons distribué des tracts lors du forum des métiers au lycee le samedi 21 janvier. Puis nous n'avons pas pris les élèves en cours le jeudi 2 fevrier toute la journee pour travailler sur une autre DHG et demander des heures en supplement au rectorat (90% des enseignnats ont suivi le mouvement). Nous profitons des réunions parents-profs de secondes pour expliquer nos revendications et obtenir leur soutien. Jeudi 9 février, nous restons dans l'établissement scolaire jusqu'à tard dans la nuit avec éventuellement l'apport des parents d'élèves. Samedi 11 février, nous distribuons des tracts au marché de Dourdan, tout en sachant que les commercants nous suivent et demandent que l'on donne une synthese des revendications qu'ils distribueront aux consommateurs. La venue de la presse nous aide dans cette lutte et esperons obtenir un reportage sur FR3. Bien entendu, les élus locaux, départementaux et régionaux sont informés et sollicités. Le lycee Kastler s'est joint a notre mouvement et sont en grêve depuis 3 jours. Nous esperons obtenir la participation active des colleges proches pour l'avenir. D'autres actions devraient suivre dans la semaine a venir....
+ tract au marché + signature de soutien +presse + délégation IA merc 15 fév F.Lallement  0651213282

·         Lycée de l’ESSOUriau aux ULis 91 occupation bahut + nuit passée au lycée + presse
·         78 : Demain Mercredi 8 Février, tous les collègues du lycée Simone Weil de Conflans sainte honorine "débraye", suite à une DHG catastrophique: moins 7 profs sur 70.
Le problème déborde largement le cas de l'EPS (qui s'en sort bien aucune mesure de carte scolaire), mais nous sommes solidaires des collègues. De plus étant au CA de mon établissement, nous avons décidé de ne pas assurer les cours demain et d'expliquer aux élèves les problèmes suite à ses suppressions de postes (conditions de travail qui se dégradent aec des classes annoncées à 28 élèves en lycée pro).
Nous avons quelques relais dans les médias locaux pour nous faire entendre et faire familièrement du "bruit" par l'intermédiaire de certains collègues. J'aurais voulu savoir si le SNEP pouvais relayer l'info et voir si de votre coté vous aviez la connaisance d'autres médias ou d'autres manières pour se faire entendre.
Nous avons de plus rendez vous à l'IA, avec Mme Vandrepotte, à 16h30 demain.
C'est assez rare d'avoir l'adhésion de l'ensemble des collègues de l'établissement , c'est pourquoi nous cherchons par tous les moyens de nous faire entendre, à fin de faire "pression" pour obtenir plus d'heures.
Voilà quelque peu exposer nos doutes mais l'ensemble du lycée est assez déterminé pour demain.... nos démarches à plus long terme dépenderont de l'adhésion des collègues. Pour le moment certaines fédérations de parents sont prévenues ce soir, et nous soutiennent (la FCPE notamment qui nous accompagne demain à l'inspection d'académie). Nous ne siègerons pas au CA qui doit se dérouler jeudi soir, en espérant que le quorum ne soit pas atteint.
·         Beaucoup de lycées refusent de sièger puis engage action sur débat de fond
·         C’est la guerre dans les ca , refus dhg massif, c’est une bataille de fond que certains bahuts (avec moins de « militants » )ont du mal à mener (heureusement qu’il y a le kit) et le refus collectif des hs continue à avancer mais avec clivage et clash dans certains bahuts !!
·         Bcp plus de contacts presse et télé locales que d’habitude (envie de faire sortir le problème hors les murs)
·         Certains chefs d’établissements refusent de faire un CA !!!!!!
·         Certains refusent de donner les TRMD (cf argenteuil)
·         Tout est possible…..

Dans le 92, nous avons eu :
- rassemblement unitaire (toutes orgas + parents d'élèves) devant l'IA le 8 février (200 personnes), avec des délégations d'établissements reçues de 14h30 à 19h
- en tout, une vingtaine d'établissements ont été reçus en délégation
- nous estimons que les effectifs ont été sous-estimés en collège et en lycée, et que cela amènera à un bourrage des classes (jusqu'à 32 élèves par classe en collège)
- au LP Louis Girard de Malakoff, la chef d'établissement regroupe des classes, supprime le forfait AS et attribue 3 HSA au seul prof d'EPS qui restera, le second poste étant supprimé. Pourtant, apparemment ce poste aurait pu être maintenu.
- nous avons des échos d'une quinzaine de postes EPS en danger
- nous avons des échos de plusieurs CA qui se sont tenus dans des délais trop courts (dont 1 le lendemain du CTSD, et non 10 jours après).

pour le 91, à la date de ce soir :
- gros mouvements dans les lycées, principalement, du fait de la grosse diminution de moyens :-663 élèves, mais -2522 heures, HSA +0.25%, sachant que ça fait deux ans que les lycées n'arrivent pas à absorber les HSA "imposées".
- quelques collèges, au compte-goute, se mobilisent, mais ceux ci sont plutot préservés cette année (+20 ETP, mais montée d'effectifs : +197), le H/e reste donc à peu près stable.

les mouvement lycées les plus notables :
- à Dourdan, les deux lycées sont mobilisés (Sarcey et Kastler). Occupation et mouvement de grève. Presse locale, régionale et nationale prévenue (contacts pris avec Guillaume). Mail du collègue :
Nous avons distribué des tracts lors du forum des métiers au lycee le samedi 21 janvier. Puis nous n'avons pas pris les élèves en cours le jeudi 2 fevrier toute la journee pour travailler sur une autre DHG et demander des heures en supplement au rectorat (90% des enseignnats ont suivi le mouvement). Nous profitons des réunions parents-profs de secondes pour expliquer nos revendications et obtenir leur soutien. Jeudi 9 février, nous restons dans l'établissement scolaire jusqu'à tard dans la nuit avec éventuellement l'apport des parents d'élèves. Samedi 11 février, nous distribuons des tracts au marché de Dourdan, tout en sachant que les commercants nous suivent et demandent que l'on donne une synthese des revendications qu'ils distribueront aux consommateurs. La venue de la presse nous aide dans cette lutte et esperons obtenir un reportage sur FR3. Bien entendu, les élus locaux, départementaux et régionaux sont informés et sollicités. Le lycee Kastler s'est joint a notre mouvement et sont en grêve depuis 3 jours. Nous esperons obtenir la participation active des colleges proches pour l'avenir. D'autres actions devraient suivre dans la semaine a venir....

- aux Ulis (lycée de l'Essouriau) : collègues mobilisés, occupation du lycée en soirée. Un poste EPS sur la sellette.

Beaucoup de CA (lycées et collèges) ont voté contre mais le CA de repli n'aura lieu que jeudi ou vendredi.

Poitiers

Pour l'acad de Poitiers, a ce jour le secrétariat académique est intervenu sur 4 étab:

 - 1 collège et 1 Lycée du 79, dans lesquels l'administration avait prévu de mettre dans chacun d'eux un stagiaire FS1, avec pour conséquence l'envoi d'un collègue de chaque équipe (avec beaucoup d'ancienneté poste) en complément de service dans un autre établissement. 
Les collègues ont alerté le SNEP, on les a aidé à s'organiser collectivement (en équipe EPS, puis en direction des autres collègues, en lien avec le SNES. Motion au CA,refus du tutorat, discussion avec les collègues EPS du district pour qu'ils refusent d'être tuteurs, refus des DHG,... Les 2 chefs ont demandé au rectorat qu'il n'y ai pas de FS1, et il n'y en aura pas ( donc 2 victoires).

- Dans un LP/LGT du 16, du fait réforme lycée réforme voie prof, capacité accueil à 37 en 2de, perte d'une term, regroupement, en enseignement général, de classe de bac pro (avec spécialité industrielle totalement différentes). Conséquences: perte de 6h d'EPS = suppression d'un poste, et attribution de 4 HSA à répartir entre les 4 postes EPS restant et 1 BMP de 10h enseignement. Alors que cette AS a plus de 200 élèves, il y aura 1 forfait en moins. Bataille au rectorat pour obtenir un couplage avec un étab qui n'a pas besoin d'un forfait pour affectation TZR. (La chef est avec les collègues, mais c'est pas acquis)

- Dans un collège du 16. Suppression de l'Allemand, au pretexte que le collège privé de la ville a l'Allemand avec plus d'élèves (cadeau). Conséquence prévisible  perte d'une classe de 2 classes. Perte d'un poste EPS. Mais il ya 12h EPS à faire à la SEGPA, mais chef refuse qu'elle soient faites par un PEPS, et incite le collègue à accepter la Mesure de Carte Scolaire, car "le rectorat lui demande de rendre un poste EPS). D'après nous, la straétgie de l'admin est de supprimer le max de postes , notamment dans les étab ruraux, pour créer artificiellement des compléments de service et mettre les collègues (titulaires) à cheval sur 2 ou 3 étab, et ainsi les contraindre à accepter "les mises en réseau" d'étab, tel qu'elle a tenté de le faire au dernier CTA du 17 janvier ( avec fusion des DHG) au motif de faire de la GRH et d'éviter le mettre des collège en MCS en facilitant la stabilisation des compléments de services entre étab d'une année sur l'autre!!! un comble. On l'a fait reculer sur la fusion des DHG (voire dépêche AEF) mais elle avance sur les mises en réseau.

Le Pb c'est que syndicalement, pour sauver des postes et éviter que des collègues partent très loin en MCS (car pas bcp de départ en retraite) on va être contraint de dire aux collègues d'accéper de faire des compléments de service et d'être sur 2 voire 3 étab, choses qu'on combattait à bloc jusqu'à l'année dernière (sauf pour faire CREER des postes et y placer des entrants dans un dép plutôt que de ce retrouver TZR "malgré eux".

Marseille

Depuis la rentrée 2000 h d'eps n'ont pas été assurées . . On peut penser que la réalité est beaucoup plus inquiétante .

Reims

Ardennes (08 acad de Reims)
Mobilisation des lycées de Givet (fermeture de sections), lycée de Bazeilles (projet de déménagement de la voie générale sur un autre lycée), au collège de Frénois (fermeture de ce collège de ZEP et implantation dans un collège de centre-ville avec tout ce qui va avec…), au collège Léo Lagrange, au collège de Villers Semeuse, au collège de Nouvion, au collège de Signy le Petit Liart… (la liste est loin d’être exhaustive). La grogne est quasi générale dans les écoles et toutes sont mobilisées. La presse est quotidiennement gorgée de ces manifestations. En collège, ils attaquent l’os : suppression de 350h de DHG sur le département (soit chez nous l’équivalent d’un collège), suppression de 12 postes dont l’IA a elle-même avoué qu’elle aurait du mal à les trouver… mobilisation des structures dans ce schéma avec fermeture « pour raison de sécurité » d’un collège, disparition de l’ensemble des moyens ZEP et des ¾ des moyens ECLAIR, truandage des chiffres pour définir des structures d’établissement à la baisse (du coup gonflement prévisible des effectifs de classe à la rentrée) tout en arrivant quand même à une hausse du nombre d’élèves +29 à la rentrée (le truandage porte sur la disparition de plus de 300 élèves en collège), explosion des HSA (7,8% en collège dans notre département)… Dans ce contexte, décision de fédérer les luttes le 23 février en faisant une journée de grève et de manifestation le jour de la tenue du CDEN. Pour l’EPS comme pour nombre de discipline, le nombre de complément de service explose et c’est maintenant être privilégié dans le département que d’avoir un poste à temps plein dans son bahut. Recrutement de 2 vacataires dans le 08, c’est du jamais vu même si c’est peu, c’est révélateur.



Interview de Cécile Cazalets, Secrétaire académique du SNEP-FSU Bordeaux au JT du 19-20 sur France 3 le 29/08/2011
Le 11/09/11

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


Natation sur gazon !
Le 25/06/11

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Des collégiens de Gironde sont censés passer l'épreuve du "savoir-nager" le 30 juin prochain. Problème : la piscine de Castillon-la-Bataille est fermée depuis deux ans. Explication du maire : le coût des travaux de remise à hauteur s'élève à plus de 600 000 euros, ce qui n'est pas compatible avec le budget de la Communauté de communes. L'examen (une évaluation fictive pour dénoncer l'absence d'infrastructure) se passera finalement sur... gazon. Equipés des réglementaires lunettes et bonnets, les enfants "nageront" sur l'herbe, dans un couloir tracé sur le sol, et passeront sous des cerceaux. Le tout sous l'œil bienveillant des parents et des professeurs ! Avantages : pas de besoin de serviette, et pas de risque de boire la tasse !

Interview d'Alain De Carlo SNEP FSU sur RTL

Voir sur le site de RTL


Capeps externe 2011 : un lâcher de ballons pour une liste complémentaire
Le 16/06/11

Présent comme chaque année à l’ouverture des 4 sessions du Capeps, le SNEP a une nouvelle fois organisé un lâcher de ballon qui matérialise aux yeux de tous, les besoins du système éducatif. Cette année, l’action symbolise les postes qui resteront vacants à l’issue de la phase intra des mouvements académiques (estimation SNEP à 400 !). Nous adresserons sous peu un courrier au ministre demandant l’augmentation du nombre de place au concours par l’ouverture d’une liste complémentaire.


Le sport à l'école : à quels rythmes, dans quelles conditions ?
Le 02/02/11

Vous pouvez visionner ci-dessous l'émission (et les reportages) Sport In Corsica réalisée par France 3 Corse et diffusée le 31 janvier 2011. Gérard Gagliardi, secrétaire académique du SNEP participait à cette émission.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


Equipements sportifs des collèges, le Conseil Général de l'Isère sacrifie l'EPS sur l'autel de la crise
Le 02/02/11

Depuis l'annonce en juin 2010, la colère gronde dans les bahuts et le Conseil Général patine dans sa communication  : il écrit en octobre dans Isère Magazine qu'il renonce à construire des "palais des Sports" "sur dimensionnés" et fera des gymnases "raisonnables"  ; des conseillers généraux annoncent que les projets de gymnases ont été arrêtés car les projets ne plaisaient pas aux enseignants d'EPS : mensonges et mauvaise foi à tous les étages !
Ces annonces délétères ajoutées aux reniements et retards successifs n'ont pas été au goût de plusieurs équipes EPS.

Ainsi, à Goncelin, les deux fédés de parents d'élèves avec les collègues de toutes les disciplines ont construit le 7 janvier 2011 un gymnase en carton symbolique, pour passer l'hiver ! Ils ont ainsi dénoncé devant les médias les conditions inadmissibles dans lesquelles se trouve l'EPS, depuis 7 ans sans équipement couvert dédié à l'EPS ! Après plusieurs projets de gymnase, tous repoussés ou annulés, la perspective d'un hangar ne passe pas.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Reportage diffusé sur France 3 le 7 janvier 2011


Les profs sur le toit de l'inspection d'académie de Périgueux
Les enseignants de gymnastique ont pris hier d'assaut l'inspection académique
Le 02/09/10

Après avoir escaladé les grilles de l'Inspection académique, rue Alfred-de-Musset à Périgueux, ils ont étendu, sous les couleurs du SNEP-FSU, sur les deux ailes du bâtiment, d'immenses bâches noires en plastique couvertes de grandes lettres blanches.

L'une autour d'un « M » géant déclinait sur cette consonne des termes comme « mensonge », « marre » ou « méfiez-vous ». L'autre proposait des équations savantes sur le manque d'enseignants et posait une question dite philosophique : « Peut-on encore parler d'éducation nationale ? » D'autres inscriptions murales reprenaient des chiffres éloquents sur le bouclier fiscal, voire les « banksters », sous-entendu bien trop généreux par rapport aux besoins scolaires...

Pour lire la suite : article paru sur le site de sudouest.fr
Auteur de l'article : alain bernard
Photo : A. LOTH

Vous pouvez également voir la vidéo et les interviews de Teddy Guitton et Denis VERGE sur le site de France 3

 

 


 

Copyright © 2006 - 2013 SNEP. Version 3 publiée le 31 août 2006 - Design © DJI - Modifié par Fred Camel pour le SNEP - Mentions légales & Pub