Les 6 questions-clés de l’EPS de demain

Vendredi 16 novembre  – 10h45 / 12h30

Les nouveaux programmes d’EPS au collège, mais aussi les mesures sur l’évaluation au DNB ou la nouvelle place de l’EPS au lycée ont conforté notre analyse que notre discipline est à un tournant historique. C’est une transformation imposée, qui ne prend pas en compte les besoins de la jeunesse mais qui est en revanche pilotée par une volonté de correspondre à des attentes morales ou des enjeux financiers. Pour cette séquence, 6 questions-clés sur l’EPS ont été retenues. Pour chacune d’entre elles, les intervenant-es proposeront leur réponse en regard de leur conception de l’éducation physique et sportive.

Quel DNB pour l’EPS ?

L’évaluation de l’EPS au DNB a été tout simplement supprimée par la ministre Vallaud-Belkacem. Une suppression confirmée par le ministre Blanquer. Le SNEP-FSU, considérant que les deux ministres ne perçoivent pas les besoins et la place nécessaire de l’EPS au collège, a décidé de publier un « brevet alternatif ». Cette séquence questionnera des intervenants sur les recommandations qu’ils formuleraient dans la construction d’un nouveau DNB en EPS.

GIBON Jérémie
Groupe EPIC (évaluation par indicateur de compétence) (AEEPS).

CAPLET Augustin
Enseignant d’EPS, agrégé et passionné par l’histoire de l’EPS ainsi que les arts du cirque, il intervient en collège REP à Reims, mais aussi en tant que formateur aux écrits et aux oraux de l’agrégation interne, enfin il est professeur relais auprès d’une scène nationale « Le Manège » de Reims.

CHAVRIER Didier
Directeur du département STAPS, Orléans.

Quelles articulations entre le CM2 et la 6e ?

Le socle commun de connaissances de compétences et de culture comporte un cycle 3 (CM1, CM2, 6e) qui est à la fois sur l’école primaire et le collège. Le ministère encourage un travail commun entre l’école primaire et le collège, c’est-à-dire une rencontre entre enseignant-es généralistes et spécialistes. Cela peut-il contribuer au développement de l’éducation physique et sportive ? Comment ce lien peut être un réel levier pour les apprentissages et pas simplement un dispositif théorique vide de contenus ?

MARRON Suzanne
Professeur d’eps en Irlande, membre du bureau de EUPEA

PONTAIS Claire
Ex-formatrice à l’ESPE, membre du centre EPS et Société

Quelle étude des APSA pour faire progresser l’égalité entre les filles et les garçons ?

Les pratiques pédagogiques en EPS peuvent renforcer la différenciation entre les filles et les garçons. Des pratiques d’ailleurs a priori pensées pour essayer de corriger les inégalités entre filles et garçons, ont surtout renforcé les modes de fonctionnements différencialistes. Pour autant, le fait de proposer des choses différentes aux filles et aux garçons est-il nécessairement une pratique sexiste ? La séquence proposera une exploration de ce que révèlent les pratiques et des pistes de réponses pour travailler les questions d’égalité.

VIGNERON Cécile
Professeure d’EPS à Lyon.

SZERDAHELYI Loïc
Maître de conférences, IREDU, ESPE Dijon.

Qu’apprend un élève dans l’étude des arts corporels en EPS ?

Le SNEP a proposé explicitement dans ses programmes alternatifs d’inscrire deux domaines de référence dans l’objet d’étude de l’EPS : le sport et les arts. Cette séquence travaillera ce qui s’apprend dans l’étude des arts corporels. Y a-t-il des savoirs prioritaires ?

CLARGE Olivier
Professeur d’EPS, académie de Créteil.

GRANDCLEMENT Perrine
Professeure d’EPS, formatrice UFRSTAPS Lyon.

Quelle EPS au lycée ?

Dans la phase actuelle de reforme du Bac 2021, de la construction des nouveaux programmes, et en l’absence de réel bilan par la profession des apprentissages des élèves en EPS, des révélateurs de l’EPS au Lycée peuvent nous aider dans nos analyses collectives et nos propositions, nous en avons choisi deux spécifiques :
·        L’évaluation, notamment les référentiels BAC, qui pilotent majoritairement le contenu de l’EPS en Lycée.
·        Les options d’EPS d’exploration et de complément, proposées minoritairement dans les lycées, et enseignement de spécialité non retenu actuellement dans le BAC 2021.

Ces deux angles de vue particuliers nous semblent être des bons indicateurs de ce qui s’apprend vraiment en EPS au Lycée et peuvent nous aider à pouvoir porter communément un contenu d’enseignement ambitieux entre forme scolaire et spécificité des pratiques culturelles sportives et artistiques, sans les dérives de la CP5, ou des groupements restrictifs.

Pouvons-nous encore proposer une EPS ambitieuse où les élèves pourront goûter « la saveur des savoirs »[1] ?

[1] En référence à l’ouvrage du même nom de Jean-Pierre ASTOLFI

LEGEIN Marc
Enseignant d’EPS au Lycée les 7 Mares (Maurepas), Académie de Versailles. Etablissement scolaire qui propose l’option EPS d’exploration et de complément.

SOLER Alain
Professeur EPS, département éducation et motricité, UFRSTAPS Montpellier.

Quels savoirs en EPS de la 6e à la terminale ?

Le SNEP-FSU propose dans ses programmes une construction spiralaire des savoirs qui déconstruit les anciens niveaux des programmes officiels. Sans leur tourner totalement le dos, ces programmes continuent de déterminer des attendus dans chaque APSA dans des étapes-clés de la scolarité pour garantir l’ambition de l’égalité en France. Cette idée est discutée voir contestée par d’autres. Une table ronde qui se propose de comprendre les points de tension avec ceux qui pensent une EPS centrée sur des expériences-clés avec des savoirs déterminés localement par chaque équipe.

MAYEKO Teddy
CRIEPS (Collectif de Réflexion sur l’Intervention en EPS), Professeur, UFRSTAPS Créteil.

SÈVE Carole
Inspectrice générale.

COUTURIER Christian
Secrétaire national du SNEP-FSU.