La recherche pour combattre les idées reçues

Jeudi  15 novembre  – 15h45 / 18h00

Les recherches dans le domaine de l’éducation, du sport, de l’EPS ont conforté de nombreuses idées que les praticiens observent sur le terrain et en ont balayé d’autres. Certaines de ces idées reçues semblent persister, même si de nombreux travaux tendent à prouver le contraire. Dans cette séquence, nous avons choisi d’exprimer en quelques mots une idée et nous avons demandé à un-e chercheur-e de réagir.

École et immigration

L’école française ne discrimine personne. C’est le travail qui fait la différence. Un élève issu de l’immigration a autant de chances que n’importe qui. Voilà une idée très répandue.

Étienne Butzbach viendra interroger, déconstruire ces représentations, et en tout cas provoquer le débat sur un sujet un peu tabou en France et chez les enseignant-es.

BUTZBACH Étienne
Sociologue, président de Prisme (promotion des initiatives sociales en milieux éducatifs).

Interdisciplinaire, transdisciplinaire, pluridisciplinaire, faisons le point

En travaillant de façon plus transversale, l’école permet aux élèves d’accorder plus de sens aux disciplines et aux savoirs. Les disciplines créent de l’échec. Combien de fois avons-nous pu lire ces propos dans les ouvrages pédagogiques, en EPS comme ailleurs.

Transdisciplinaire, interdisciplinaire, pluridisciplinaire, y a-t-il là les clés d’une vraie réussite ?

Yves Lenoir fera le point sur ces notions et sur l’expérience de son pays en la matière. Il questionnera les politiques qui depuis des années opposent savoirs et compétences transversales.

LENOIR Yves
Professeur titulaire à la faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke, titulaire de la Chaire de recherche senior du Canada sur l’intervention éducative.

Sport, socialisation, intégration des jeunes des quartiers populaires

Tous les rapports le disent : le sport est un moyen privilégié de socialisation pour les milieux populaires. La socialisation, voilà l’utilité principale du sport. Est-ce si vrai, est-ce si simple ?

William Gasparini nous éclairera justement sur les modes de socialisation des jeunes de milieux populaires.

GASPARINI William
Professeur des universités, STAPS Strasbourg.

Milieu social et réussite scolaire : comment expliquer les corrélations ?

Les dispositifs d’aide et d’accompagnement pour les enfants des quartiers populaires ne fonctionnent pas, les « pauvres » ne réussissent pas parce qu’ils ne travaillent pas assez. L’école serait-elle indifférente aux classes sociales ?

Patrick Picard apportera un éclairage sur les responsabilités de l’École dans la lutte contre les inégalités sociales.

PICARD Patrick
Chercheur, directeur du Centre Alain Savary.

Les filles et les STAPS, études des processus d’orientation

Les garçons sont plus sportifs, c’est donc normal qu’il y ait moins de filles en STAPS ! Les filles réussissent mieux à l’école, c’est logique qu’elles visent des métiers plus attrayants et mieux rémunérés. La chute régulière du nombre de filles entrant en STAPS et les répercussions que cela a sur les recrutements d’enseignant-es d’EPS doivent nous amener à interroger les évidences, et à nous poser les bonnes questions. Quelles sont-elles ?

Cécile Ottogalli-Mazzacavallo explicitera les enjeux et les résultats d’une recherche menée en collaboration avec le SNEP-FSU et le Centre EPS & Société sur ce sujet.

OTTOGALLI-MAZZACAVALLO Cécile
Maîtresse de conférences, L-Vis, Université de Lyon1.

Les recherches en physiologie et l'entraînement

Quel que soit l’âge – enfant ou adulte – il faut toujours s’échauffer, c’est nécessaire pour ne pas se blesser, il faut surtout s’étirer. Les efforts violents, ce n’est pas bon pour les enfants… S’il est un domaine où les croyances ont la vie dure, c’est bien en physiologie de l’effort où parfois même, certaines choses se font et se disent en dépit des connaissances produites sur le sujet.

Anne-Marie Heugas nous montrera que les recherches bousculent parfois les vieilles recettes de l’entraînement.

HEUGAS Anne-Marie
Maîtresse de conférences, Université Paris-Sud 11.

Les programmes d'EPS modifient-ils les pratiques professionnelles ?

Les programmes passent, les pratiques professionnelles restent… Au nom de cette affirmation, certains prônent même la suppression des programmes scolaires. Un débat toujours très contradictoire qui resurgit à chaque modification des textes officiels.

Yannick Lémonie, Fabienne Brière et Jean-Luc Tomas, viendront discuter avec nous d’une recherche commandée au CNAM[1] par le SNEP-FSU sur ce sujet.

[1] Conservatoire National des Arts et Métiers

LÉMONIE Yannick
Maître de conférences au Conservatoire National des Arts et Métiers au sein de l’équipe d’ergonomie.

BRIERE Fabienne
Maîtresse de conférences HDR, ESPE Aix- Marseille.

TOMAS Jean-Luc
Maître de conférences, CNAM.

Chercher, c'est se (trans)former

L’analyse vidéo et la notion d’exercice en sports collectifs. Rencontre entre chercheurs et praticiens.

UHLRICH Gilles
Maître de Conférences à l’Université Paris Sud

Langage en sports collectifs à l'école maternelle

Le langage en maternelle est une priorité. Toutes les disciplines doivent y contribuer. En EPS, cela prend obligatoirement sur le temps de pratique, les apprentissages spécifiques EPS se trouvent minimisés ! Ce constat est-il vrai ?

Sandrine Prevel mettra en évidence, avec l’exemple des jeux collectifs, les conditions à réunir pour que langage et EPS s’enrichissent mutuellement, et notamment la dialectique entre « Parler pour apprendre en EPS » « apprendre en EPS pour mieux parler ».

PREVEL Sandrine
IEN, docteure en sciences de l’éducation.

L’EPS est étude des APSA

« L’étude des APSA ne peut suffire, c’est une option réductrice de l’EPS, il faut au contraire transmettre des valeurs, des méthodes et des compétences transversales pour ne pas confondre l’EPS avec les écoles de sport ». Cette vision de l’EPS existe.

Daniel Bouthier mettra en avant la façon dont un élève mobilise ses ressources dans les APSA.

BOUTHIER Daniel
Ex-professeur des Universités, spécialiste en technologie et didactique des PPSA.

L'agilité dans les sports collectifs

La notion d’agilité, comme celle d’équilibre ou la coordination, renvoie à l’idée de capacités de bases transversales qu’il faudrait travailler dès le plus jeune âge à partir d’exercices spécifiques. Cette vision d’une EPS propédeutique au sport est très controversée et discutée. La « capacité d’agilité » est une dimension pourtant très importante dans les sports collectifs.

Bernard Grosgeorge a réalisé un travail de recherche et d’étude sur cette notion et ses usages dans le monde de l’entrainement sportif.

GROSGEORGE Bernard
Professeur d’EPS, entraîneur national à la FFBB.

Handicap et EPS

L’idée d’inclusion commence à faire son chemin dans le monde de l’école. Dans le cadre de l’EPS, l’inclusion des personnes en situation de handicap, tout en étant problématique à bien des égards, devient un incontournable. Est-ce que cela signifie que l’on devrait mettre fin à toute structure particulière ou encadrement spécialisé ? Quels sont les éléments que les enseignant-es d’EPS devraient avoir acquis avant de se lancer dans le métier ?

Didier Séguillon nous présentera les travaux et réflexions sur ce thème encore trop souvent marginalisé dans les formations.

SÉGUILLON Didier
Maître de conférences en STAPS.

BUANEC Ludovic
Professeur d’EPS